La Cuma de Peyrilles, la première à investir sur un aplatisseur-boudineuse

En région
« SILOPRESS EVO 5 » de la marque Idass : un nouvel aplatisseur-boudineuse pour la cuma

La cuma de Peyrilles dans le Lot investit dans un nouvel aplatisseur-boudineuse «SILOPRESS EVO 5» de la marque Idass.

11/08/2017 - 18:00

La cuma de Peyrilles (46), créée en 1983, vient d’acheter un aplatisseur-boudineuse. Une douzaine d’adhérents sont engagés sur ce matériel qui leur permet d’aplatir et de stocker les céréales en boudins.

Partagez cet article: La Cuma de Peyrilles, la première à investir sur un aplatisseur-boudineuse

Cette  cuma du Lot est constituée de 38 adhérents, elle possède au total 47 matériels, dont ce nouvel aplatisseur-boudineuse. Dynamique, elle permet de répondre aux demandes des agriculteurs du secteur.

Le 5 Juillet, l’entreprise Lagarrigue est venue réaliser une mise en route de l’aplatisseur-boudineuse, une « SILOPRESS EVO 5 » de la marque Idass. Le module de broyage est équipé de deux rouleaux aplatisseur de 272 mm de diamètre pour les céréales. La trémie est installée sur une « tourelle » qui tourne jusqu’à 300 degrés. L’alimentation de celle-ci est assurée par une vis d’alimentation hydraulique. Le plastique qui va servir d’enveloppe est monté sur un support, replié en bandes.

Comment procéder avec cet aplatisseur-boudineuse ?

Pour commencer le chantier, l’agriculteur doit rouler le plastique et le fermer à l’aide d’une ficelle. Une fois le grain aplati, il est tassé dans le boudin à l’aide d’une vis sans fin. Au fur et à mesure du tassement, la machine va pousser le tracteur et ainsi dérouler le film plastique. Il est important de contrôler l’étirement du film plastique préconisé par le constructeur pour conserver l’efficacité du silo.

Les adhérents de la cuma dans le Lot devant le nouveau « SILOPRESS EVO 5 » de la marque Idass.

Les adhérents de la cuma de Peyrilles dans le Lot devant le nouveau aplatisseur-boudineuse « SILOPRESS EVO 5 » de la marque Idass.

Le boudinage permet de tendre vers l’autonomie alimentaire: il n’est pas nécessaire d’investir dans l’achat d’une cellule. il induit également moins de travail car il n’y a pas besoin de désinfecter ni de nettoyer. Les boudins peuvent s’installer sur prairie également, sur un terrain régulier, et en se prémunissant des rongeurs ou des oiseaux qui pourraient venir éventuellement percer le plastique.

Prêt à l’emploi, l’exploitant reprend le grain aplati à la main (pelle, seau, brouette), selon les besoins des exploitations. 

 

Belle continuation à la cuma pour de futurs projets!


A lire sur le même sujet :

Du maïs grain humide en boudin
Clément Boggia
Publicité
Simple Share Buttons