Assurance récolte : les 2/3 pris en charge

Gestion économique
Les exploitations sont régulièrement exposées à des événements climatiques. Pour contrer ces risques, les pouvoirs publics incitent les agriculteurs à souscrire une assurance-récolte

Comme les deux années précédentes, le gouvernement s’engage à garantir en 2018 un taux de subvention de 65% des primes d’assurance récolte, pour le premier niveau de garantie.

07/12/2017 - 14:00

Alors que le climat ne cesse de jouer des mauvais tours aux agriculteurs, l’Etat renouvelle en 2018 son soutien au dispositif d’assurance récolte.

Partagez cet article: Assurance récolte : les 2/3 pris en charge

65 % : c’est le taux de subvention accordé au souscripteur d’assurance récolte appelé « contrat d’assurance multirisque climatique », pour le premier niveau de garantie (voir la note explicative mise en ligne sur le site du Ministère de l’Agriculture). Pour les agriculteurs qui opteraient pour un niveau supplémentaire de garantie, le taux de subvention s’arrête à 45%. L’aide se veut suffisamment incitative pour convaincre les nombreuses exploitations agricoles qui n’ont pas encore franchi le pas. Près de 64 500 contrats d’assurance récolte, couvrant 25,7 % de la superficie agricole (hors prairie), ont été commercialisés en 2016. C’est depuis cette date que ces nouveaux contrats d’assurance sont proposés aux exploitants. Objectif : développer un socle minimum de protection pour chaque type de filière et d’exploitation.

Des exploitations plus résistantes

Bien évidemment, malgré cet appui financier, le coût résiduel peut paraître encore relativement élevé pour les exploitations qui ont subi plusieurs revers économiques consécutifs. En l’absence d’une couverture des risques climatiques qui serait gérée par les pouvoirs publics au bénéfice de toutes les exploitations, c’est à chacune de décider de s’engager ou non dans cette démarche. Alors que s’enchaînent des épisodes successifs de gel, inondations, sécheresse, grêle, etc. la souscription d’un contrat d’assurance récolte peut contribuer à maintenir les exploitations à flots en cas de sinistre important.

 

A lire aussi sur le site Entraid’ :

Sinistre climatique : 430 millions d’euros versé par Groupama

Sinistre : qui est responsable ? 

Eviter les trous de garantie

 

Publicité
Simple Share Buttons