Bourgogne/Hérault: sur l’emploi, les cuma parlent aux cuma

Gestion d'équipe
Des viticulteurs bourguignons en viste dans l'Hérault, pour parler salariat en cuma.

Les représentants des cuma de Bourgogne posent devant les vignes languedociennes. Ils sont venus discuter d'emploi.

10/01/2018 - 15:00

Emploi en cuma: y aller ou pas? Rien de tel que d'aller questionner des collègues agriculteurs. C'est ce qu'on fait des cuma de Bourgogne, dans l'Hérault.

Partagez cet article: Bourgogne/Hérault: sur l’emploi, les cuma parlent aux cuma

Avant de franchir un grand cap, rien de tel que de discuter avec ses « pairs » pour être bien sûr de savoir où on va. C’est un peu le cas de ces cuma de Bourgogne, qui, avant de se jeter dans le bain de l’emploi, ont décidé, sur le chemin de retour du Sitevi, de faire un petit arrêt dans une cuma pour laquelle le salariat est une affaire qui tourne.

Un petit arrêt convivial et très utile: les responsables et adhérents des cuma de Lugny, la Natouze d’Ozenay, Villa Tavelis et de Saint-Gengoux-de-Scissé ont fait étape à la cuma du Bérange dans l’Hérault, accompagnés par Jean-Philippe Rousseau, animateur de la fédération des cuma de Saône-et-Loire. L’occasion de visiter le superbe hangar que ce groupe partage avec la commune, et surtout de discuter «salariat».

La cuma du Bérange emploie de longue date un salarié permanent et Jacques Ribeyrolles, son président jusqu’à fin 2017, a détaillé de quelle manière il gérait cette responsabilité.

Les questions des cuma bourguignonnes, dont certaines sont en passe d’embaucher (la cuma Villa Tavelis témoigne dans le dossier «Les 4 étapes pour recruter» de notre édition de janvier 2017) , ont essentiellement porté sur la gestion du temps de travail, l’articulation de la communication entre responsable «emploi», adhérent et salarié, ainsi que sur les formalités administratives.

Les échanges ont permis de «dédramatiser» le fait de devenir employeur et mis en lumière les organisations qui appuient les agriculteurs qui endossent ce rôle, à toutes les étapes, même si cet écosystème varie d’une zone à l’autre.

Un réseau mobilisé, des cuma en demande

En Occitanie, l’emploi en cuma a été très discuté tout au long de l’hiver. Trois fédérations départementales ont choisi de mettre à l’honneur ce thème dans leurs assemblées générales: le Lot, la Lozère et le Gers. Ces départements investissent le champ de l’emploi du fait des besoins grandissants des adhérents. Des témoignages de cuma employeurs sont mis à l’honneur, notamment sur le cap à passer pour embaucher le premier salarié, ainsi que l’accompagnement proposé en la matière par les fédérations.

La fédération Occitanie mène en effet une politique volontariste dans ce domaine, appuyée par une montée en compétence des équipes d’animation, aujourd’hui présentes à toutes les étapes du processus de développement de l’emploi. De l’établissement de la fiche de poste, à la gestion des plannings en passant par la formation des responsables salariés, l’accompagnement social ou la mise en œuvre des procédures et documents nécessaires, les fédérations appuient les projets très concrètement et répondent aux besoins des responsables en charge des salariés.

Elles mettent aussi des outils à la disposition des cuma (logiciels, documents types…) pour simplifier les démarches et l’organisation du travail. De nombreuses formations sont proposées pour permettre aux responsables de cuma de maîtriser ces outils, mais aussi de répondre aux exigences légales ou encore, d’acquérir les bases du management.

A lire également: « comment faire émerger un projet d’emploi collectif? »

 

 

 

Publicité
Simple Share Buttons