Enfin, un résultat sur les friches viticoles!

En région
Réseaux sud-ouest mai 2017 friches viticoles

Débuté le 4 avril par la cuma de Villalier, l’arrachage d’une parcelle de vigne abandonnée consiste en un passage du bulldozer, suivi du passage d’un tracteur afin d’éliminer toutes les racines.

19/05/2017 - 18:30

Depuis quelques années, la fédération départementale contre les Organismes Nuisibles (Fedon) audoise s’est emparée du dossier crucial de la reconquête des friches, notamment les vignes abandonnées.

Partagez cet article: Enfin, un résultat sur les friches viticoles!

Dans cet objectif, 232 communes du département sont couvertes par 21 Gdon. « Ces organismes œuvrent en vue de réduire notamment la flavescence dorée, problématique majeure à l’échelle du vignoble audois » , indique Jacques Serre, président de la Fedon 11. En 2016, 7.000 souches atteintes de flavescence dorée ont été marquées et 21 hectares atteints à plus de 20%, arrachés ou en cours d’arrachage.

Certains Gdon ont recensé les vignes abandonnées qui sont des parcelles à risque. Face aux difficultés de mise en œuvre des arrachages, Jacques Serre a alerté le préfet de l’Aude qui a décidé de créer un groupe de pilotage ‘Friches viticoles’ comprenant entre autres la Ddtm, les douanes, la chambre d’agriculture de l’Aude, France Agrimer, la Fedon 11, le syndicalisme, le conseil départemental… Grâce à cette dynamique départementale et cette action collective, les résultats commencent à venir. La Fedon a ainsi pu recenser une centaine d’hectares de vignes abandonnées en 2016-2017. Sur ces superficies, 70 hectares seront arrachés proprement.

La cuma de Villalier intervient pour l’arrachage

Sur le secteur concerné, comprenant les communes de Fonties d’Aude, Floure et Montirat, la cuma de Villalier constitue un acteur majeur en matière de travaux agricoles. “C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à ses services pour la réalisation de l’arrachage et la remise en état des parcelles”, précise Jacques Serre. Trois étapes seront nécessaires dont une première intervention d’un bulldozer en vue d’arracher les palissages, suivie d’un second passage pour l’arrachage des ceps et d’une troisième étape, à l’aide d’un tracteur, visant à aplanir la parcelle.

Commencés le 4 avril, les arrachages sont encore en cours et devraient durer une quinzaine de jours. Une mise en relation des propriétaires de ces friches avec des viticulteurs audois a alors été engagée afin qu’ils puissent profiter des autorisations de plantation. Ceci devrait leur permettre de conforter les installations ou les agrandissements parcellaires. Ainsi, 40 hectares d’autorisation de plantations ont été réhabilités dans le département de l’Aude et seront plantés sur des parcelles actuellement en friche.

Par Béatrice Bonnet
Simple Share Buttons