Ensilage : que vont-ils faire ?

En région
Essayer de trouver une solution ensemble à la basse d'une activité structurante.

La diminution du volume d'ensilage: une réalité à laquelle de nombreuses cuma d'élevage sont confrontées.

29/09/2017 - 18:00

La cuma du Bas-Adour tenait son assemblée générale début août, appuyant une fois encore le constat de la diminution des volumes ensilés. La réflexion s'intensifie pour savoir quelles suites donner à cette activité.

Partagez cet article: Ensilage : que vont-ils faire ?

Constituée en 1976 autour de l’ensilage, sur un secteur à très forte vocation vaches laitières, la cuma du Bas-Adour de Bardos est confrontée depuis quelques années à une très forte baisse de cette activité.

L’ensilage constitue le socle de la cuma et reste indispensable aux exploitations existantes.

A son apogée, la cuma a fait travailler 3 ensileuses avec une prestation de rendu silo. En 2007, seules 2 ensileuses sont renouvelées, la 3ème gardée en secours.

En 2009, l’activité comptabilisait 28 heures d’herbe et 452 heures de maïs. En 2014, la cuma investit dans un cueilleur d’épis d’occasion pour répondre à une demande qui semble émerger.

Les participants à l’Assemblée Générale 2016 ont constaté que l’activité continue son déclin avec  46 heures d’herbe, 271 heures de maïs et 5 heures d’épis.

Dans ce contexte, ils ont approuvé la décision de réaliser un Dispositif national d’accompagnement des cuma (Dina cuma) afin de mettre à plat le fonctionnement du groupe et décider des suites à donner à l’activité ensilage.

 

 

 

Agnès Mendiboure
Publicité
Simple Share Buttons