Epandage minéral: la précision ça paye

En région
Démonstration sur l'épandage minéral de précision dans le Gers.

Les 26, 27 et 28 septembre derniers, les Fédérations des Cuma des Hautes-Pyrénées, du Gers et de la Haute-Garonne organisaient trois après-midi sur l’épandage minéral. Crédit: fdcuma du Gers.

03/11/2017 - 18:00

Fin septembre, trois démonstrations ont permis de faire le point la précision dans le domaine des épandages minéraux, avec aux commandes les Fédérations des Cuma des Hautes-Pyrénées, du Gers et de la Haute-Garonne. Les témoignages d’agriculteurs utilisateurs ont notamment permis de rester très concret.

Partagez cet article: Epandage minéral: la précision ça paye

Les témoignages d’agriculteurs  utilisateurs ont permis de souligner les économies possibles et les points de vigilance: Nicolas Glévard de la Cuma de Bégué à Miradoux, Philippe Faget de la Cuma Coteaux de Saint Roch à Maupas, tous deux utilisateurs d’épandeurs Bogballe, et Jean-Pierre Doat de la Cuma La Belmontaise, utilisateur d’un épandeur Vicon.

Ces témoignages ont permis de pointer les intérêts techniques et économiques de ces épandeurs minéraux de précision, mais aussi les points de vigilance à considérer. Par exemple, la nécessité d’investir dans une tablette assez puissante pour être compatible avec l’épandeur ; pour certaines marques, prendre en compte le coût des licences pour la coupure de tronçons et la modulation. Enfin, il ne faut pas oublier de s’assurer de la compatibilité Isobus entre le tracteur et l’épandeur.

Malgré quelques variations dans les interventions entre départements, le programme est resté globalement proche. Dans le Gers, la Chambre d’Agriculture du Gers a entamé l’après-midi en rappelant comment raisonner sa fertilisation azotée. Cette intervention était aussi l’occasion de présenter le logiciel Mes P@arcelles et le nouveau service Mes Dron’Im@ages utilisable sur blé et colza.

Arvalis a ensuite expliqué les bases des GPS en agriculture. Puis, les coopératives Val de Gascogne et Vivadour ont présenté le service Cérélia qui permet d’établir des cartographies par satellite pour moduler les doses d’engrais.

Trois modes de prise d’images

La société Drone 31, actuellement en recherche de partenariats avec des conseillers en agronomie, a réalisé un vol avec son drone, suivie par la société Vantage qui a présenté le capteur Greenseeker et Yara son N-Sensor.

Ces deux capteurs embarqués sur tracteur permettent une prise d’images en temps réel pour moduler les doses. Absent dans le Gers, mais présent en Haute-Garonne, on peut aussi citer le capteur Crop Sensor de Claas.

Pour rappel, trois systèmes existent pour la prise d’images afin de réaliser de la modulation des doses : les satellites, les drones et les capteurs embarqués. Quand le drone ne peut pas passer, l’avion peut aussi intervenir.

Enfin, les cinq constructeurs présents avec des concessionnaires locaux pour la plupart, ont présenté les caractéristiques techniques de leurs épandeurs. À Belmont toutes les marques d’épandeurs de précision étaient présentes : Amazone, Sulky, Bogballe, Vicon et Kuhn. La journée s’est conclue par une démonstration avec les épandeurs Kuhn et Vicon pour montrer la coupure de tronçon et la modulation des doses. Les résultats ont été observés sur des tapis d’herbe synthétique.

Raphaëlle Poissonnet
Publicité
Simple Share Buttons