Fenaison : trois systèmes d’organisation et stratégies d’investissement gagnantes

Gestion économique Organisation des chantiers
démonstration fenaison cuma landes béarn pays basque

Matériels nombreux et diversifiés, public actif et attentif: les ingrédients étaient réunis pour faire de la journée Fenaison en cuma au pays Basque un réussite.

18/01/2018 - 11:00

Trois témoignages chiffrés sur l'intérêt et les modes d'organisation possible pour la fenaison.

Partagez cet article: Fenaison : trois systèmes d’organisation et stratégies d’investissement gagnantes

Chaîne de fenaison complète à la cuma la Côte

Aymeric Sangla, vice-président de la cuma la Côte : « Cela fait 3 ou 4 ans que nous sommes partis sur une réflexion pour acheter une faneuse et un andaineur. On a élargi la discussion aux autres adhérents et on s’est retrouvés à être une dizaine intéressés par les faneuses et 6 ou 7 par un andaineur. Le nombre de faneuses, on l’a adapté au nombre d’adhérents. On est parti sur 3 unités. »

ActivitésModèlesAdhérentsVolumeTarif
2 andaineursKrone 4,20m
Kuhn 4,20m
6200ha7€/ha
3 faneusesKuhn 6,50m7211ha16€/ha
2 faucheuses-disquesKuhn GMD 7005212ha10€/ha
2 enrubanneusesKverneland142558 balles0,30€/balle
3 round-balersWelger RP 205115152 balles1,50€/balle

Source : fédération de Cuma Landes-Béarn-Pays Basque

Organisation : « Au niveau round-baller il y a 3 responsables. Certains, nous sommes un peu décalés par rapport au fauchage et la date de récolte. Il y en a qui font plus d’enrubannage, d’autres plus d’ensilage, d’autres qui font les foins plus tôt que les autres.

Pour faucher on a deux faneuses. On est 6 est on arrive assez facilement à s’arranger. Au niveau andaineur et faneuses c’est pareil, il y aurait peut-être un ou deux jours où ça coince, mais on arrive à s’arranger. »

Sur l’exploitation d’Aymeric Sangla (vaches laitières) :

En 2016, sur 38ha. Sur la fenaison : facture de la cuma (enrubanneuse, presse, andaineur, faneuse, faucheuse) : 2100€. Sur l’exploitation, en intégrant les coûts de tes matériels, le temps passé sur les tracteurs de l’exploitation, le fuel, la manutention etc : 5640€.

Total Cuma + exploitation = 7646€, soit 204€/ha.

Temps passé : 6h/ha, en intégrant tout.

Cuma Garralda : traction et chauffeur en option

Philippe Frachou, administrateur stagiaire à la Cuma Garralda, installé depuis 3 ans en brebis laitière sur 23ha.

Un groupe de 5 jeunes exploitants s’est investi au sein de la cuma dans une branche d’activité traction fin 2016. « Ça a commencé avec un groupe de voisins, dont l’un fait du gavage de canards. On l’aide à charger, décharger les canards. Pour ma part j’ai acheté un tracteur de 85c. On a de gros outils à la cuma, épandeur, tonne. J’étais limite avec mon tracteur. Et tout bêtement on commencé à parler d’acheter un tracteur en chargeant déchargeant les canards. L’un avait un tracteur en copro, vieux. Ça allait à deux mais pas plus. D’où l’idée de faire travailler un tracteur à 5 en Cuma. Pour le moment avec 6 mois de recul, ça se passe bien. »

De la traction pour quoi ?

Ce tracteur de 135cv est attelé à de nombreux matériels différents. « Il nous il nous fallait de la puissance pour les tonnes et épandeurs, pour le labour aussi, on a une 4 socs en cuma. Pour le round-baler c’est aussi mieux d’avoir de la puissance, notamment en pente. On avait fait un planning sur l’année, pour vérifier que tout passait à 5. S’engager c’est bien, mais il faut que ça passe. D’autres ont plus puissant que moi sur leurs exploitations donc tout fonctionne. Le fuel, c’est chacun qui fait : on prend et on rend le tracteur avec le plein. »

« On est partis sur 100h chacun, qu’on les fasse ou pas on les paie. Vu comment on l’utilise, sur 6 mois, ça devrait passer. Là au bout de 6 mois il est à 320h. On devrait les atteindre, c’est sûr. »

« Nous avons aussi ouvert le tracteur aux autres adhérents. Il faut qu’ils soient engagés sur un outil attelé de la cuma et on vient leur faire la conduite avec ce tracteur. Par exemple on a fait un peu de labour cette année. »

ActivitésModèlesAdhérentsVolumeTarif
Andaineur + Round-baler « Isturits »Kuhn Double rotor
Claas Rollant 340
468ha
1020 Balles
20€/ha
2,80€/Balle
Round-baler « Mazain »Krone Fortima F12504936 Balles3,50€/Balle
Round-Baler « Frachou »Krone Fortima V150041913 Balles2,50€/Balle
Round-balers « Cailleba »Welger RP202
Kubota BV4160R
61027 Balles
1392 Balles
2,30€/ Balle
3€/ Balle
Faucheuse-conditionneuseKuhn FC3160 Roulx8130ha20€/ha
6 enrubanneusesKverneland UN7556394687 Balles0,30€/ Balle
Ensilage herbe
Ensilage Maïs
Claas 8402366h
167h
230€/h
Tracteur (prévisionnel 2017, sans FNL et MO)Kubota M7-131 Access5500h20€/h max

Source : fédération de Cuma Landes-Béarn-Pays Basque

Sur l’exploitation de Philippe Frachou 

Sur 17ha, fauche et presse faites par ce nouveau tracteur, la facture s’élève à 1500€. En intégrant les autres travaux, faneuse, andaineuse, manutention, transport…

Les charges sur l’exploitation atteignent 1905€.

En additionnant exploitation et cuma, la fenaison coûte 3400€, soit 201€/ha fauché, pour un temps d’environ 5,5h par hectare.

« Avec ce tracteur nous avons gagné en rendement, surtout en fauche. Je fauche tout à la conditionneuse, et avec mon 85cv j’étais limite » précise Philippe Frachou.

Cuma Elgarrekin : autonomie et délégation au menu

Hervé Damestoy, président de la cuma Elgarrekin : « La cuma est basée à Mendionde, avec une gamme d’activités qui s’est élargie avec le temps, aux communes avoisinantes. La cuma a 40 ans, nous sommes aujourd’hui une centaine d’adhérents, dont une trentaine qui utilisent intensivement la cuma. Elle est née sur l’activité ensilage, et le tracteur est arrivé assez vite après. Aujourd’hui on fait un peu tout. L’activité ensilage a diminué. Ce qui nous a permis de réfléchir et travailler avec d’autres cuma pour acheter du matériel performant. On est en union des cuma avec l’Aveyron (Lapurdi-Ségala, 3 Cuma basques et 3 Cuma aveyronnaises). Par contre d’autres activité se sont développées, tout ce qui est fourrages par exemple. »

La cuma fait tourner 3 presses bottes carrées, des matériels peu communs. Une partie des activités peut être proposée en prestation complète, avec tracteur et chauffeur.

« Nous sommes partis sur des matériels de traction et des chauffeurs embauchés à l’année. On a d’ailleurs conforté un 2e temps plein à l’année il y a 4 ou 5 ans. Aujourd’hui on a donc deux temps plein et un apprenti. Tout ça parce que sur nos exploitations la main d’œuvre diminue. Par les activités que nous avons créées, les exploitants nous font intervenir, par exemple, pour le pressage c’est une obligation de passer en service complet. On s’aperçoit que ça facilite beaucoup le fonctionnement des exploitations. »

ActivitésModèlesAdhérentsVolumeTarif
2 faucheuses-conditionneusesKrone Easy Cut 3200
Kuhn FC3160 TLRoulx
35166,7 Un55€/Un
2 moto-faucheusesReform 1,60m
Aebi 1,60m
1414 Pa300€/Pa
Round-baler (Hasparren)Welger RP1205461 Balles2€/balle
2 round-balers (Ayherre)Welger RP120
Welger RP202
171578 Balles3,50€/balle
EnrubanneuseKverneland UN755610405 Balles1€/balle
Pressage HD (tracteur + GNR + chauffeur)2 Supertino SR 60.120334394 Balles6,10€/balle
Tracteur à disposition (GNR + chauffeur)Fendt 716 4RM
MF 7615 4RM
1700h52€/h

Source : fédération de Cuma Landes-Béarn-Pays Basque

Sur l’exploitation d’Hervé Damestoy 

La fauche est déléguée à la cuma. Pas d’enrubannage ni de round-baler, uniquement des balles carrées.

Avec tracteur, chauffeur et fuel compris, la facture à la cuma s’élève à 3400€, avec un peu plus d’une heure passée par les chauffeurs.

Pour les autres matériels, faneuse, andaineur etc, on est à presque quasiment 4000€ de charges. Total Cuma exploitation de presque 7500€.

Ramené à l’hectare, sur 31ha, on est à environ 240€/ha. Mais en termes d’heures, on est à un peu moins de 7h.

« Cela faut plusieurs années que je travaille à la délégation et au service complet. Sur mon exploitation tout est payé et amorti. Je me vois mal réinvestir. J’ai trouvé ce moyen pour pouvoir me libérer, pour l’élevage, mes responsabilités et la vie privée. Ce n’est pas propre à moi, dans ma cuma est est un bon noyau dans cette logique.

Quand on vous parle des charges directement affectées à la cuma, elles sont aussi à mettre en relation avec les charges sur l’exploitation individuelle. »

La Cuma Elgarrekin vient de mettre en service un séchoir à fourrage en vrac, entre 4 exploitations. Plus d’infos sur ce sujet innovant sur le site d’Entraid en juillet.

L’ensemble de ce contenu est issu de la journée Fenaison organisée par la fédération de Cuma Landes-Béarn-Pays Basque le 6 juillet 2017. Les témoignages et la large palette de matériels ont mobilisé les quelques 550 visiteurs qui se sont pressés à La Bastide-Clairence, un secteur où le dynamisme cuma ne se dément pas. Côté matériels, c’était la fête avec 45 machines présentes, dont 30 en démonstration. Et le message est passé, grâce à des témoignages étayés et chiffrés : la fenaison en cuma c’est possible, et économique.


Retrouvez prochainement sur Entraid.com l’intégralité de l’édition spéciale départementale Landes Béarn Pays Basque.

Pour aller plus loin, vous pourrez aussi lire :

La cuma, pour de nombreux projets, même gourmands !

Non, les nouvelles technologies ne sont pas à la portée de tous les agriculteurs

Publicité
Simple Share Buttons