Fièvre catarrhale ovine : vaccination obligatoire dans 5 départements

AFP
La maladie de la langue bleue touche cinq départements français : surveillance et obligation de vaccination des troupeaux dans l'Est.

Obligation de vaccination dans cinq départements de l'Est.

09/11/2017 - 14:21

Le ministère de l'Agriculture a imposé mercredi la vaccination des ruminants contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) dans cinq départements de l'Est, après la découverte en Haute-Savoie d'un cas de cette maladie animale virale guérissable et non transmissible à l'homme, selon un arrêté publié au Journal officiel.

Partagez cet article: Fièvre catarrhale ovine : vaccination obligatoire dans 5 départements

5 départements concernés par la vaccination contre la fièvre catarrhale ovine

« Du fait de la mise en évidence d’un nouveau type de virus (sérotype 4) dans le département de Haute-Savoie », le ministère a défini une « zone de protection » couvrant ce département, ainsi que la Savoie, l’Ain, le Doubs et le Jura. « La vaccination contre le sérotype 4 est obligatoire dans les départements de France continentale situés en zone de protection », et ce pour toutes les « espèces domestiques sensibles » à la FCO, ajoute le ministère.

Sept autres départements sont en outre placés en « zone de surveillance »: Hautes-Alpes, Côte-d’Or, Isère, Rhône, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort. Les deux zones pourraient être étendues prochainement, puisque la préfecture de l’Allier a fait état mardi d’un cas de FCO de sérotype 4 dans un élevage.

La FCO ou maladie de la langue bleue compte 27 sérotypes différents. La France continentale n’était jusqu’à présent touchée que par le sérotype 8, largement présent depuis 2015.

La Corse est également touchée par les sérotypes 1, 2, 4 et 16, plus dangereux, et procède à des vaccinations systématiques de son cheptel. La FCO affecte les ruminants (ovins, bovins, caprins) mais n’a pas d’incidence sur la qualité des denrées (viande, lait). La maladie est toutefois un sérieux frein à l’exportation des animaux et viandes françaises, aggravant la crise que traverse le secteur de l’élevage.

Les commentaires sont fermés.

Publicité
Simple Share Buttons