Une extension pour optimiser le rangement et la gestion du matériel

Article issu du dossier hangar paru dans l'édition spéciale départementale Lot Entraid de septembre 2017

Au-delà de la dimension fonctionnelle, le hangar, mais aussi son environnement avec, à l’occasion de l’extension, un nivellement du terrain et le réaménagement des accès, joue sans conteste un rôle d’attractivité pour la cuma.

19/10/2017 - 11:01

Pour la cuma de Paunac, le hangar fait partie depuis belle lurette de l’histoire et de la pratique quotidienne. Retrouvez la suite de notre dossier hangar, issue de notre édition spéciale départementale Lot de septembre 2017.

Partagez cet article: Une extension pour optimiser le rangement et la gestion du matériel

Depuis une quinzaine d’années, le hangar abrite l’ensemble du matériel de la cuma, épandeur, benne, cover-crop, bétaillère, semoir, enrubanneuse, épareuse, etc. A l’exception d’une ramasseuse à noix et de plateaux fourragers, positionnés chez des adhérents pour des raisons de commodité.

«Il n’était pas question de laisser le matériel dehors, d’autant que nous sommes attachés à conserver les outils en bon état, avec un renouvellement régulier, souligne le président, Jean-Pierre Gouygou. Mais au cours des ans, nous nous sommes retrouvés à l’étroit. Nous avions un problème de rangement et il fallait batailler pour sortir les outils.»

Hangar cuma : pas de gros investissements

Avec de nouveaux investissements et l’arrivée d’une benne supplémentaire, le renouvellement du broyeur en 2016 et, cette année, celui de l’épandeur, le problème devenait criant. A l’évidence, une extension s’imposait. Elle deviendra effective l’an prochain et sera inaugurée à l’occasion du cinquantenaire de la cuma. Sous la forme d’un segment supplémentaire, d’une soixantaine de mètres carrés, ajoutée sur la longueur au bâtiment existant, portant sa surface totale à 280 m² environ.

«La conception du hangar, en bardage métallique fermé sur trois côtés, autant que la nature du terrain, s’y prêtait sans gros travaux.» L’investissement, environ 10.000 €, devrait être en partie compensé par des aides DiNA et Région à hauteur de 30 à 40 %, précise le trésorier, Philippe Rauly (par ailleurs président de la fédération des cuma du Lot). Un dossier précédé, selon les règles, d’un diagnostic préalable.

Montrer le projet collectif aux jeunes

Pour Philippe Rauly, au-delà de la dimension fonctionnelle, le hangar, mais aussi son environnement avec, à l’occasion de l’extension, un nivellement du terrain et le réaménagement des accès, joue sans conteste un rôle d’attractivité pour la cuma.

«Si l’on veut maintenir la cuma à un bon niveau, et si l’on veut intéresser au projet collectif les jeunes qui s’installent, il ne faut pas hésiter à réaliser ce type d’investissement. Le hangar contribue sans conteste à l’unité du groupe. »


Si vous avez manqué la présentation de la cuma de Labastide-Murat, retrouvez notre article ici.

Numéro spécial Lot paru en septembre 2017 : hangar et enjeux de demain en cuma.

Retrouvez l’intégralité de l’édition spéciale Lot parue en septembre dernier en cliquant ici.

Par Jean-Marie Constans.
Publicité
Simple Share Buttons