Maïs ensilage 2017: éviter de se faire surprendre

Fourrages Productions et énergies
Aux analyses matière sèches, les éleveurs viennent avec leurs échantillons et repartent avec des données chiffrées pour déterminer la bonne date d'ensilage.

En Bretagne, les éleveurs n’ont pas encore récolté leur maïs. Ils commencent néanmoins à planifier les chantiers grâce aux analyses de matière sèche qui posent un chiffre sur la maturité des cultures.

28/08/2017 - 12:13

A l’approche de la saison d’ensilages les éleveurs ont la possibilité de faire analyser leurs propres échantillons de maïs pour évaluer à quel stade en est leur culture. Pour l’éleveur, c’est une étape importante pour partir sur une bonne base. Pour les organismes de conseil et le réseau cuma, l’occasion de sensibiliser à l’importance de la qualité du produit obtenu le jour J.

Partagez cet article: Maïs ensilage 2017: éviter de se faire surprendre

Effervescence dans la cour autour du bâtiment portant l’enseigne «Cuma le Pont flume». Ici, non loin de Rennes, les cultivateurs de maïs fourrage devront encore patienter une quinzaine de jours avant de réaliser la récolte et ils sont nombreux à apporter des gerbes de maïs à Philippe Busnel et Dominique Dorel (Eilyps) qui s’activent autour du broyeur et de leur analyseur AgriNIR. L’enjeu de ces rendez-vous «matière sèche» est de poser ou confirmer une première date prévisionnelle pour une récolte qui assure la production d’un fourrage au bon stade.

Limiter les pertes

«Le maïs, c’est le plat de base de la ration hivernale. Le but est aussi d’en perdre le moins possible», explique le responsable de la ferme du lycée agricole du Rheu où 60 vaches laitières sont conduites en bio. Beaucoup ont en tête la dernière récolte, où la progression rapide des maturités a surpris… «J’ai récolté à 39% MS», lance un éleveur. «Chez moi, ça allait de 38 à 42%», rebondit un autre… et Philippe Busnel confirme le constat général à l’échelle départementale.

Moins de lait, moins de taux avec le maïs 2016

Au final, à défaut de vraiment baver devant leur auge, les vaches en ont un peu bavé toute l’année. Plus encore que la conservation du fourrage,«le problème, c’est surtout que l’ingestion est pénalisée», constate Gérard Ménard, un producteur de lait. «Nous avons mis de l’eau dans la mélangeuse, c’était mieux, mais ça ne rattrape pas» ce que la maturité trop avancée a fait perdre.

Même cause, mêmes conséquences chez Pascal Lefevre qui nourrit une soixantaine de laitières. Malgré la mélasse qu’il a utilisée, «l’ingestion n’était pas là. Les vaches ont galéré» et leur production s’en ressent. Contre presque 10.000l l’année précédente, la moyenne individuelle est descendue à 9.000l, «et avec des taux moins bons! Là, nous sommes revenus dans un silo d’il y a deux ans et c’est mieux».

ensilage-maïs-2017-journée-matière-sèche-analyse-agriNIR-eilyps-fédération-cuma-ille-armor-récolte-élevage-fourrage-philippe-busnel

Les rendez-vous proposés par les organismes de conseil agricole sont un lieu privilégié pour rencontrer des conseillers compétents sur les questions de récolte fourragère.

Alors qu’il n’avait pas pu parfaitement suivre la fin de cycle de son maïs l’an dernier, l’éleveur en entreprise individuelle résume l’importance de l’analyse qu’il est venu faire. «J’avais une date en tête pour ma récolte. Je suis venu la confirmer.» En tout cas, «ça donne une première idée d’où on en est. Ensuite, on peut suivre en fonction de la météo et en par l’observation du grain en allant casser quelques épis sur une diagonale du champ.» Même protocole pour Jean-Marie Trinquart, en gaec à la tête d’un cheptel de 70 vaches et d’une sole de maïs de 34ha. Il comptait bien se mettre en relation avec le responsable de l’activité à la cuma le jour même pour réserver une date qui tienne compte du résultat.

Les bases d’un beau chantier

Dans l’ouest, le réseau cuma participe à l’organisation de ce type de journées. Au-delà d’une occasion de rencontrer les cuma et leurs adhérents, Fabien Lorans (fédération Bretagne Ille Armor) y voit l’opportunité de sensibiliser les éleveurs à la réussite du chantier et de rappeler les bases trop souvent ignorées de ceux qui doivent rester les chefs du chantier et à ce titre, observer par exemple, si la finesse de hachage, le traitement des grains… correspondent à ce qu’ils souhaitent.

«J’en profite pour proposer la prestation tamis que nous avons mise en place. Le jour du chantier, nous venons évaluer avec l’éleveur si son cahier des charges est respecté ou s’il faut qu’il fasse rectifier les réglages de l’ensileuse.» L’animateur distribue également des fiches synthétiques à destination des chauffeurs, à mettre en cabine pour les aider à affiner les réglages et répondre à la demande de l’éleveur qui devra faire toute une année avec le fruit de leur travail.

ensilage-maïs-2017-journée-matière-sèche-analyse-agriNIR-eilyps-fédération-cuma-ille-armor-récolte-élevage-fiches-bonnes-pratique-FRCUMA

En Bretagne, des fiches spécifiques de synthèse ont été réalisées et sont distribuées lors de ces journées. A mettre en cabine de l’ensileuse, elles présentent notamment les repères visuels pour aider le chauffeur à satisfaire la demande en termes de qualité (attention, l’impression peut modifier les dimensions des images sur cette page).

Le double dossier Ensilage et Moisson 2017 d’Entraid.com

Pour retrouver les dates des rendez-vous matière sèche dans l’Ouest, suivre les liens:

Publicité
Simple Share Buttons