Mieux se connaître pour mieux travailler ensemble !

En région
Formation, interconnaissance, Cuma, Charnizay, analyse positive, Sophie Bidet, MBTIⓇ,Chambre d’agriculture

Lors de leur formation, les stagiaires se sont appuyés sur des jeux pédagogiques pour mieux comprendre les modes de fonctionnement de chacun.

20/02/2017 - 18:15

Les trois cuma de Charnizay (Arc en Ciel, Espoir et Aigronne), en Indre-et-Loire, continuent d’innover dans le cadre de leur GIEE sur l’autonomie alimentaire, avec une formation sur l’inter-connaissance

Partagez cet article: Mieux se connaître pour mieux travailler ensemble !

Les dix responsables des cuma de Charnizay ont suivi, dans le cadre du volet «relations humaines» de leur GIEE (lire l’article paru dans Entraid’ sur leur démarche), une formation pour mieux connaître leur personnalité et leur mode de fonctionnement avec les autres.

La méthode d’analyse positive

Sophie Bidet, consultante en stratégie d’entreprise à la Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, a proposé une nouvelle méthode de détermination du type de personnalité avec l’outil MBTIⓇ. Cet outil permet d’analyser comment un individu perçoit le monde et interagit avec lui. Il permet d’identifier son mode de fonctionnement préférentiel, de prendre conscience des différences de personnalités entre les gens, de comprendre l’origine de certaines difficultés relationnelles dans le travail et d’améliorer sa communication et son management. C’est une méthode d’analyse positive qui met en avant les caractéristiques personnelles, sans entrer dans le jugement. Très utilisée pour améliorer le travail en équipe en entreprise, cette méthode s’est révélée bien adaptée pour analyser et améliorer le fonctionnement collectif des cuma.

Personnalités différentes mais complémentaires

Après avoir étudié et défini leur personnalité, les stagiaires ont pu mettre en pratique les enseignements pour comprendre le fonctionnement individuel et collectif dans la prise de décision et les réactions au changement. Ce qu’on peut retenir, c’est que les différents profils se complètent pour arriver à un résultat optimum.
Ainsi, par exemple, pour innover en cuma, plusieurs cas de figure se présenteront : – des personnes seront à l’initiative – d’autres vont étudier de manière théorique l’innovation – d’autres voudront aller voir comment ça se passe ailleurs en pratique – et d’autres ne se lanceront que lorsqu’ils auront vu comment ça peut marcher concrètement dans leur groupe… Chaque personnalité apporte sa pierre à l’édifice. Y compris le dernier profil qui sera celui qui va finaliser et optimiser le projet dans la durée. Dans un groupe cuma, on aura souvent ces 4 profils. Rien ne sert donc de s’impatienter ! Il faut satisfaire les besoins de chacun: étude technique du coût, de l’organisation, visite d’une autre cuma et mise en place progressive si le projet est très innovant.

Se connaître, s’accepter et accepter les différences

Cette formation a permis de mieux comprendre les différents modes de fonctionnement et les façons de s’adapter à ses collègues. Grâce à des jeux pédagogiques, chacun s’est mis dans la peau de son « opposé ». Tous les stagiaires ont apprécié cette formation et ont souhaité qu’une deuxième session ait lieu dès mars pour leurs autres collègues. L’objectif est d’améliorer le relationnel dans le travail. A la fois au sein de la cuma mais aussi au sein des sociétés adhérentes. En cuma, on a conscience d’être plus fort ensemble. Cette formation a permis de comprendre pourquoi !

 

Sylvie Lhéritier, fédération des cuma Centre - Val de Loire - section Indre et Loire
Simple Share Buttons