Objets connectés, ces capteurs qui simplifient la vie des utilisateurs de matériels en groupe

Organisation des chantiers Organisation et Management
Samsys agriculture objets connectés

Salon de l'agriculture connectée de Montpellier 2016, le stand Samsys commun avec Agrotronix. Olivier Guille sur la droite de la photo.

16/11/2016 - 14:24

Finie la saisie la manuscrite pour indiquer qui est en train d’utiliser le matériel, le nombre d’heures ou d’hectares réalisés avec le semoir, la charrue ou encore la remorque. Avec les objets connectés, certaines start-up dessinent les contours des applications simples et utiles de l’agriculture connectée.

Partagez cet article: Objets connectés, ces capteurs qui simplifient la vie des utilisateurs de matériels en groupe

Samsys propose un compteur intelligent d’une certaine façon. Simplement fixé sur l’outil (semoir, remorque, épandeurs, etc.), cet objet connecté réalise des actions de tracking. Autrement dit il mémorise les actions réalisées par l’outil au travail. La herse rotative du semoir est activée: c’est mémorisé.

objet connecté

On peut apercevoir une esquisse de schéma industriel….

Grâce à des capteurs inertiels encore en développement, Olivier Guille, l’un des trois créateurs du produit, se projette déjà: «Il devrait même être possible de savoir quel type de sol (argileux, limoneux, etc.), un déchaumeur est en train de travailler.» Ça donne une idée de la puissance de ce type de boitier. Encore en cours de développement, le compteur permet déjà grâce à un GPS intégré de disposer d’information comme la localisation des travaux, la vitesse, la durée des chantiers, le nombre de demi tour effectué, etc.

Du compteur à la facturation

Répondre aux attentes des groupes d’agriculteurs et des cuma. Il est là, le besoin! Olivier Guille le sait : «Il faut s’affranchir du cahier de la machine, gagner du temps et de la précision dans la gestion des parcs matériels.» C’est pourquoi, pour les utilisateurs des logiciels développés pour les cuma de type Cumanet et Cumagenda, ce type de «gadget électronique», comme pourrait le penser certains, prend tout son sens. Simple et pratique. De la réservation du matériel, à la tracabilité des chantiers (grâce à ce petit compteur), la donnée transite jusqu’à Cumanet pour établir la facturation. Deux clics après, et la paperasse est réglée. Vous avez dit objet connecté! Objet simplifié.

Samsys cumanet cumagenda

Du compteur à la facturation… et la boucle est bouclée.

Les premiers protos sont testés depuis août 2016. Une V2 sera opérationnelle dans les jours qui viennent pour envisager une commercialisation au Sima 2016. Basée dans le nord de la France, Samsys travaille étroitement avec la fédération des cuma des Hauts-de-France et la société Agrotronix. Affaire à suivre.

D’autres solutions

C’est durant le salon de l’agriculture connectée 2016, 1ère édition, qui se déroulait, les 15 et 16 novembre 2016, à Montpellier, que la rédaction a pu faire cette rencontre. D’autres structures exposantes au salon présentent également le même type de solution à l’image de Axe-Environnement qui propose un compteur GPRS Trackfield.

Axe-Environnement objet connecté

Visualisation des déplacements et du travail d’un semoir.

Même principe: il s’agit d’un boitier équipé d’un GPS et de différents capteurs de position qui sont installés (ou déjà présents) sur l’outil. L’objectif est globalement le même: savoir si l’outil travaille et comment (durée, vitesse, surface, etc.). La lecture des données est faite sur une plate-forme informatique accessible sur mobile ou PC. Testé depuis le printemps, Trackefield est aujourd’hui en phase de commercialisation.

objet connecté agriculture de précision

Les objets connectés… La révolution agricole de demain.

TITRE TEST
Simple Share Buttons