Qualité de pulvérisation: démonstration nocturne

En région
pulverisation-melon-qualite-visualisation

Mieux que le papier hydrosensible: la fluorescéine.

14/07/2017 - 17:38

Une démonstration de pulvérisation nocturne, sur melons, était organisée dans le Tarn-et-Garonne. Objectifs: bien visualiser le produit pulvérisé sur melons pour limiter les quantités et la dérive.

Partagez cet article: Qualité de pulvérisation: démonstration nocturne

Disco night pour les melons! Le jeudi 15 juin à Monbequi, vers 19 heures, une quarantaine de personnes étaient réunies pour échanger sur les différentes techniques de pulvérisation sur melon.

L’objectif de la soirée était de mettre en évidence la possibilité de traiter tout en limitant la dérive et l’utilisation de produits phytosanitaires. L’association Ecoréglage a présenté l’importance des réglages du pulvérisateur pour atteindre cet objectif.

Plusieurs modalités de traitements, contenant toutes de la fluorescéine, ont été testées: 200l/ha, 400l/ha, buses à fentes simples, buses anti-dérives dernières générations, buses anti-dérives doubles fentes et, enfin, avec ou sans manche à air. Une fois la nuit tombée, les lumières noires ont mis en évidence la qualité de pulvérisation de chaque modalité de traitement.

Résultats concrets

Résultat: l’utilisation de manche à air améliore la pénétration dans le feuillage et le traitement au dos des feuilles. Les buses à injection d’air permettent une bonne répartition du traitement mais avec une taille des gouttes plus importante. Elles limitent la dérive.

A savoir: les buses à injection d’air doubles fentes permettent une bonne finesse de goutte, proche de la buse à fentes standard. Si vous n’êtes pas équipé de manches à air, traiter à 400l/ha donne des résultats similaires. Il est possible de traiter à 200l/ha avec des buses à fentes classiques. On obtient ainsi une bonne répartition du traitement sur la végétation mais une dérive importante.

Cette action a été réalisée en partenariat avec la chambre d’agriculture de Tarn-et-Garonne.

Bastien Cler et Léa Sabary
Publicité
Simple Share Buttons