Sortez couverts, évitez les terrains nus!

Cultures
AVOINE TREFLE COUVERTS VEGETAUX

Quelque soit le couvert, il en ressort qu’il aura toujours un effet positif par rapport à un sol nu.

02/10/2017 - 12:00

SacrAB pour solutions de cultures alternatives et recherche en agriculture biologique. Ce projet expérimental régional de recherche porte sur la gestion de l’enherbement. Il a été mené de 2015 à 2017 en partenariat avec le Gabnor, la Fredon Nord Pas-de-Calais, la Frcuma Hauts-de-France et l’Adaal (Geda de Lille).

Partagez cet article: Sortez couverts, évitez les terrains nus!

Le 7 septembre, avait lieu, sous le hangar de la cuma de la Verloossoise, une restitution des essais menés dans le cadre du projet ScarAB sur les effets des couverts végétaux.

Les essais ont été réalisés par des agriculteurs bio et conventionnels et ont porté sur l’utilisation de couverts végétaux à effet allélopathique comme alternative au désherbage. Les expérimentations, accompagnées par la Fredon, ont cherché à comparer les différences en levée d’adventices sur un sol nu et un sol où des couverts avaient été semés avec plusieurs mélanges multi-espèces testés. «Quelque soit le couvert, il en ressort qu’il aura toujours un effet positif par rapport à un sol nu», constate Arthur Quenesson, ingénieur à la Fredon.

Les couverts ont été utilisés comme une barrière physique pour limiter les levées d’adventices car, sur un sol nu, ces dernières ont une autoroute pour se développer. La compétition se fait sur l’eau, l’azote et la lumière.

Complémentarité aérienne et racinaire

Pour une bonne couverture du sol et pour une bonne efficacité des couverts végétaux, certains facteurs sont très importants: la date de semis, les conditions d’implantation et le choix des espèces. Il faut également rechercher la complémentarité des espèces notamment au niveau racinaire afin d’obtenir ainsi un gain de biomasse.

couverts de phacélie

Couverts de phacélie.

Dans les essais observés en 2015 à Carvin et menés uniquement sur les brassicacées (crucifères), les taux de recouvrement varient d’une espèce à l’autre. La navette fourragère, semée à 8kg par hectare, tire son épingle du jeu avec un taux de recouvrement proche de 90%. La moutarde blanche et grise a recouvert le sol à 80 et 75%. Quant à la roquette, le taux de recouvrement approche les 60%. «Cette distinction se retrouve dans les mesures de matières sèches (MS) adventices où là encore la navette fourragère se distingue avec un taux de MS adventice de 0,1 contre 1 MS en sol nu», observe l’ingénieur de la Fredon. Dans ce cas, la navette fourragère est efficace mais seulement par rapport à un sol nu, ce qui signifie que le recouvrement du sol ne fait pas tout.

Dans les seconds essais menés à La Cappelle-en-Pévèle en 2016, ce sont des couverts multi-espèces qui ont été semés. Le mélange phacélie/ trèfle ressort en premier. Enfin, des essais ont été menés par des agriculteurs avec des semis dans les cultures. C’est le cas de Amaury Smet, dont vous pouvez retrouver l’interview ici.

Cette solution permet une meilleure production de biomasse et limite l’enherbement avant et après la culture. Le trèfle blanc a mieux poussé que le trèfle fraisier et fonctionne mieux avec une fertilisation réduite et cela, malgré la faiblesse des levées liées à la sécheresse 2017.

Modalité de semis et de destruction

La plupart des agriculteurs ayant participé à l’essai n’étaient pas équipés en semoir de semis direct. Les semis ont donc été réalisés pour certains avec du matériel conventionnel, ce qui a nécessité plusieurs passages. D’autres ont réalisé des semis à la volée avec un DP12, 15 jours avant récolte; d’autres encore ont installé un Delimbe sur leur déchaumeur.

semoir delimbe

Semoir Delimbe.

«Quant aux modalités de destruction, tout dépend du stade», explique Arthur Quenesson. «Le déchaumage à disque permet une décomposition rapide tandis que le déchaumage à dent nécessite un passage de broyeur.»

Le glyphomulch permet de fissurer le sol et le couvert et permet un dessèchement des racines sur la surface. Le rouleau Cambridge nécessite d’être jumelé avec une période de gel pour un effet rapide et un coût minimum. Le rouleau Faca permet de fragiliser la plante en couchant le couvert. Quant au labour, il est considéré comme onéreux et doit être jumelé à un broyage.

 

Publicité
Simple Share Buttons