La planète élevage se donne rendez-vous au Space, sous le signe de la robotique

AFP
Space 2017 benne rolland

Pour ses 30 ans, le Sapce s'attend à dépasser de nouveau la barre des 100.000 visiteurs, dont 15.000 étrangers, pour 1.441 exposants.

10/09/2017 - 09:06

Les professionnels français et étrangers de l'élevage se retrouvent de mardi à vendredi au 31e Salon international des productions animales (Space) de Rennes, placé sous le signe de la robotique, dans un contexte plus apaisé, malgré la volatilité des prix à la production.

Partagez cet article: La planète élevage se donne rendez-vous au Space, sous le signe de la robotique

Pour ses 30 ans, le deuxième salon professionnel mondial de l’élevage en fréquentation et variété des filières (bovine, avicole, porcine, cunicole, ovine et caprine) s’attend à dépasser de nouveau la barre des 100.000 visiteurs, dont 15.000 étrangers, pour 1.441 exposants, dont un tiers d’internationaux, Allemagne, Pays-Bas et Italie en tête.

Dans un contexte général marqué par le rééquilibrage des prix du lait et du porc, mais aussi par le scandale des oeufs au fipronil, les épisodes de grippe aviaire ou les accusations répétées d’associations de défense du bien-être animal, le Space fait figure de temps de respiration et de réflexion pour la profession.

Considéré comme une vitrine des dernières innovations en matière d’élevage, le salon accorde cette année une large place à la robotique, qu’il souhaite « démystifier », sur un stand baptisé « L’espace pour demain ».

« La robotique permet de réduire la pénibilité des tâches et l’idée est de donner des pistes de réflexion aux éleveurs », explique Anne-Marie Quéméner, commissaire générale du Space.

Des robots les plus connus comme les robots de traite, à ceux qui distribuent les aliments, lavent les porcheries, aèrent les litières des poules, voire bénéficient d’une intelligence artificielle, telle cette « simplificatrice en génomique » qui aide l’éleveur à choisir des taureaux pour sa vache, aucune filière n’est oubliée.

Comme chaque année, une palette d’inventions ont également été sélectionnées par un jury indépendant de l’organisation du salon, 47 au total. Parmi elles, un appareil mesurant la couleur des jaunes d’oeuf, un kit de pesée des lapereaux en engraissement ou une application signalant la présence de tracteurs sur la route pour éviter les accidents.

Acheter notre génétique

Fidèle à sa mission de promotion de l’élevage français auprès de visiteurs étrangers, le Space attirera encore cette année d’importantes délégations venues d’Iran et d’Afrique de l’Ouest, ainsi que de Russie et d’Egypte, avec des visiteurs en quête de partenariats ou de technologies pour développer les productions animales dans leur pays.

Si cette 31e édition fera venir moins d’hommes et de femmes politiques français que l’an dernier, en pleine campagne présidentielle, avec la seule visite du ministre de l’Agriculture Stéphane Travert prévue mardi pour l’inauguration, ce n’est pas le cas côté étranger avec la venue du ministre du Commerce irlandais, de l’ambassadeur des Pays-Bas ou encore du consul des Etats-Unis.

Grands moments de spectacle et temps fort du salon consacré à la génétique, les concours d’animaux et le traditionnel défilé sur un « ring » végétalisé de 750 animaux en présentation. Quelque 550 bovins issus de 13 races différentes, ainsi que 200 ovins et caprins de 10 races seront ainsi présentés à un public de passionnés. Un concours européen, deux concours nationaux, 11 concours inter-régionaux ainsi que des présentations génétiques sont au programme pendant 4 jours.

En viande bovine, la Simmental à la robe pie rouge, très répandue en Allemagne et en Autriche, sera à l’honneur pour le concours européen, tandis que la blanche Charolaise réunira pour son concours national les 80 meilleurs animaux de la race.

La vente « Genomic », la seule en Europe à rassembler huit races laitières et allaitantes avec 35 animaux sélectionnés aura lieu quant à elle mercredi après-midi. « L’objectif est de faire en sorte que les étrangers viennent acheter notre génétique », souligne Jean-Yves Rissel, responsable des présentations animales.

Incontournable lieu de débats, le Space a programmé quelque 70 conférences et rencontres sur des thèmes aussi variés que « l’élevage sous le feu des critiques », « les impacts de l’élevage de ruminants sur l’environnement » ou « les problématiques communes aux jeunes agriculteurs bretons, malgaches et maliens ». En plein démarrage des Etats généraux de l’alimentation, le Space consacrera enfin la soirée de jeudi au « manger français ».


Article mis à jour en septembre 2017 :

LA PLANÈTE ÉLEVAGE SE DONNE RENDEZ-VOUS AU SPACE, SOUS LE SIGNE DE LA ROBOTIQUE

Innov’Space 2017 : UNE SÉLECTION PLEINE DE PROMESSES

LE SPACE EN MARCHE POUR DÉFINIR UN CAP

Les commentaires sont fermés.

Publicité
Simple Share Buttons