Des troupeaux de 1.000 vaches qui entrent dans l’ère de l’élevage de précision

Elevages
Essai sur l'élevage de précision en Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, voir des vaches équipées de capteurs est assez rare. A la ferme de l’université de Lincoln, elles sont une centaine à être équipées, à titre expérimental.

09/03/2018 - 12:01

Alors qu’en Europe les instituts s’intéressent au ressenti des éleveurs utilisateurs de détecteurs de chaleurs (voir la rubrique élevage d’Entraid de mars), en Nouvelle-Zélande, ce genre d’outils n’est pas excessivement répandu, pour le moment en tout cas.

Partagez cet article: Des troupeaux de 1.000 vaches qui entrent dans l’ère de l’élevage de précision

A la ferme expérimentale de l’université de Lincoln, en Nouvelle–Zélande, quelques vaches (une centaine sur 560) ont aussi leur capteur au cou. Peter Hancox, responsable de la ferme, explique qu’il s’agît «de nouvelles technologies, encore peu utilisées», dans un endroit où le groupement des vêlages est pourtant à la base des systèmes. En effet, pour faire correspondre les dynamiques de l’herbe et de la production du troupeau, les inséminations artificielles et le rattrapage se font sur une période courte, dix semaines dans le cas de la ferme de Lincoln. Peter espère que ces systèmes de détection des chaleurs permettront de ne plus écarter de vaches (souvent bonnes productrices) à cause d’une mise à la reproduction ratée.

vache-laitiere-nouvelle-zelande-kiwi-croisee-systeme-detection-des-chaleurs-reproduction-suivi-troupeau-nouvelle-technologie (6)

Comme l’amélioration des performances individuelles est l’un des principaux leviers qui peuvent être mis en œuvre sur les élevages, ce type d’outils pourrait s’y vulgariser.

Transfert d’expertise

En Nouvelle-Zélande, «nous sommes confrontés à un problème de main d’œuvre qualifiée. Il n’y a plus autant de savoir-faire sur la détection des chaleurs, et ce genre de systèmes va enlever le facteur de risque humain.» Par rapport à ceux qui ont été testés par le troupeau auparavant, «ce modèle envoie les informations toutes les 6 minutes. Nous n’avons plus à attendre la traite» pour que le boitier communique l’information au passage d’une borne. Désormais, «dès la traite du matin suivant la détection, elle peut être mise à part pour le passage de l’inséminateur.» Le sourire du responsable d’élevage semble indiquer qu’avec sa réactivité et sa précision, il a trouvé une solution adaptée à son système d’élevage. Pour autant, il n’est pas certain que ce sera de colliers que les éleveurs néozélandais pareront leurs animaux. Peter Hancox envisage déjà l’arrivée d’alternatives plus petites, plus pratiques. «Demain, nous aurons peut-être ces dispositifs dans des boucles auriculaires.»

A lire : La robotisation laitière rend-elle plus heureux ?

Retrouvez le sujet de l’élevage de précision dans les troupeaux européens parmi les sujets du mensuel de mars. Et pour s’abonner, c’est ici !

Retrouvez aussi le voyage en Nouvelle-Zélande, et la carte postale à propos de la Nouvelle-Zélande laitière.


Retrouvez l’intégralité des articles sur notre reportage de la production laitière Nouvelle Zélande dans notre sommaire

Cliquez sur les liens pour accéder aux articles.

Vous pourrez également voir l’intégralité de nos reportages dans notre dossier spéciale Nouvelle Zélande :

Filière laitière Nouvelle Zélande : cap sur la Nouvelle Zélande avec une série de quinze reportages réalisés par Ronan Lombard, journaliste chez Entraid.

Cliquez sur l’image pour suivre le roadtrip de notre journaliste parti 15 jours en Nouvelle Zélande.

Publicité
Simple Share Buttons