[Interview] Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, DG de l’IFV : L’un des objectifs est d’impliquer plus fortement les vignerons

Le national
Jean-Pierre-Van-Ruyskensveld-IFV.

Entraid publie dans son numéro de juin 2016 une enquête sur le financement de la Recherche et du Développement (R&D) sur les exploitations agricoles. L'interview de Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, DG de l'Institut Français de la Vigne et du Vin.

07/06/2016 - 12:00

La Rédaction a demandé à plusieurs organismes de recherche de quelle manière les exploitants contribuent à les financer, mais aussi comment ces instituts font participer les agriculteurs à la production de savoirs et de références. Les réponses de Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, directeur général de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV).

Partagez cet article: [Interview] Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, DG de l’IFV : L’un des objectifs est d’impliquer plus fortement les vignerons

Entraid’: Dans quelle mesure les viticulteurs contribuent-ils au financement de l’IFV ?

Jean-Pierre Van Ruyskensvelde : La filière viticole française est essentiellement organisée régionalement. Il n’existe donc pas, comme pour les autres filières agricoles, de Cotisation Volontaire Obligatoire au niveau national. Toutefois l’IFV bénéficie de la ressource Casdar, payée par tous les agriculteurs français.

Entraid’: L’IFV fait-il appel directement à des viticulteurs pour produire des résultats ? Comment sont-ils rémunérés/indemnisés ?

JP. V.R. : Bien entendu, l’IFV est au contact permanent des vignerons, des œnologues et de tous les acteurs de la filière y compris les pépiniéristes et les équipementiers. De nombreuses expérimentations sont réalisées chez les vignerons aussi bien dans leur vigne que dans leur chai. Il n’y a pas de rémunérations proprement dites. L’IFV peut apporter toutefois des indemnisations (achats de vendanges, achats de vin, pertes de récolte).

Entraid’: Cette participation des viticulteurs est-elle appelée selon vous à s’amplifier ?

JP. V.R. : C’est un objectif pour l’IFV d’impliquer de plus en plus fortement les vignerons, les œnologues, et les entreprises, dans la production de résultats expérimentaux. Cette interactivité entre chercheurs et acteurs de la filière est le gage d’une plus grande efficacité. L’IFV porte aujourd’hui un projet thématique européen «Winetwork» sur la santé de la vigne qui s’inscrit dans cette démarche. Nos équipes dans les régions portent également plusieurs projets PEI (Partenariat Européen d’Innovation) qui reposent sur cette implication forte des acteurs de terrain. Les outils de numérisation, de communication et de gestion des bases de données contribueront à cette montée en puissance.


Le complément du mensuel Entraid de juin 2016 

Retrouvez tous les compléments du mensuel de juin 2016 sur entraid.com dans notre dossier spécial en cliquant sur l’image.

Recherche et développement R&D dossier tracteur juin 2016 Entraid

Cliquez sur l’image pour accéder aux compléments.

Si vous souhaitez recevoir Entraid’ Magazine : abonnez-vous.


 

Propos recueillis par Elise Poudevigne
Publicité
Simple Share Buttons