La MSA à la croisée des chemins…

Organisation et Management
La MSA doit faire face aux évolutions démographiques négatives du nombre de ses assurés.

La MSA est confrontée à une baisse continue du nombre de ses assurés.

10/05/2018 - 12:00

La fondation iFRAP, un Think Tank libéral dédié à l’analyse des politiques publiques, s’interroge sur l’avenir de la MSA confrontée à la baisse du nombre de ses assurés…

Partagez cet article: La MSA à la croisée des chemins…

« Le nombre de chefs d’exploitation en activité continue de baisser de 1,5 à 2 % par an, un rythme qui semble lent mais qui divise leur nombre par deux tous les 35 ans » détaille Philippe François, l’auteur de l’article paru sur le site de l’iFRAP à propos de la MSA. La baisse du nombre de retraités affiliés est également très importante. Pour compenser cette diminution démographique et préserver son équilibre financier, la MSA souhaiterait élargir les critères d’affiliation du régime agricole aux salariés des entreprises de l’agroalimentaire. Une stratégie que ne partage pas l’Ifrap qui soutient à l’inverse l’idée d’intégrer tous les salariés agricoles dans le régime général et d’adosser les chefs d’exploitation au régime social des indépendants (RSI).

Réforme des retraites…

L’avenir de la MSA devrait également être touché par le projet de réforme des retraites qui débutera en 2019. L’objectif affiché par le gouvernement serait d’instaurer un nouveau système universel où la retraite serait calculée de la même manière, quel que soit le régime. Il s‘agirait d’uniformiser les règles de calcul des pensions, tout en gardant le principe d’un régime par répartition (les cotisations versées aujourd’hui payent les pensions des actuels retraités). Rappel : aujourd’hui, le système des retraites comporte près de 40 régimes différents !

Publicité
Simple Share Buttons