[En direct de suède] Un ensilage bio sous tension pour 450 laitières

Fourrages
L'herbe est stratégique pour l'élevage de 450 vaches.

Immersion dans un chantier de récolte d’herbe en Suède.

07/06/2017 - 14:06

Les dimensions hors-normes de l’élevage vont de pair avec une organisation rigoureuse. Et avec un système fourrager totalement dépendant de l’herbe, l’éleveur sécurise l’ensilage. Visite en Suède d’une ferme bio où presque 400 vaches sont traites chaque jour, un jour de mise en silo.

Partagez cet article: [En direct de suède] Un ensilage bio sous tension pour 450 laitières

Un élevage laitier bio, une prairie de mélange d’espèces (ray-grass, trèfles violet et blanc, fétuque et fléole)… jusqu’ici rien de très surprenant. Mais quand on aborde les chiffres de la ferme Wanas gods, située dans le sud de la Suède, tout change. Pour clore la première récolte, qui aura presque duré une semaine: une matinée d’ensilage, 31ha, un seul champ.

ensilage-herbe-suède-élevage-laitier-AB-stabulation-Per-Åke-Nilsson

Per-Åke Nilsson, manager de la ferme Wanas gods.

Avec le cahier des charges bio que l’entreprise respecte, le troupeau d’environ 450 vaches (+ la suite) doit pâturer quatre mois et être nourri à base d’herbe, le reste de l’année. Sur le bon millier d’hectares mis en culture par l’équipe de Wanas gods, cet or vert occupe donc une place centrale.

93% d’autonomie alimentaire

Dans la cour de la ferme, l’odeur d’une organisation bien huilée flotte et la fabrication du silo ne déroge pas à la règle. «Dans un silo, on met environ 85 ha», explique Per-Åke Nilsson, manager de la ferme. Le jour de l’ensilage cinq personnes sont mobilisées, entre les deux engins sur le silo, les remorques et l’ensileuse du prestataire, pour un rendement de 10ha/h. Deux jours avant l’ensilage, la fauche est aussi faite par l’entreprise «avec deux machines de 9,60m de coupe», tout comme le fanage, le jour intermédiaire.

ensilage-herbe-suède-élevage-laitier-AB-john-deere-volvo-tassage-silo-chargeur-tracteur-herse-rotative-alpego

Deux engins confectionnent le silo. Un chargeur prend en charge les remorques vidées devant. Un tracteur assure les finitions avec une herse rotative arrivée la veille… un essai.

Autour du chantier, une odeur caractéristique règne, au sens propre cette fois-ci: vu le poids stratégique de la récolte, l’éleveur met tout en œuvre pour la réussir et l’incorporation d’acides de conservation est systématique. Tellement systématique qu’il dispose de sa flotte de cuves que son fournisseur passe remplir au moins une fois par an et que l’ensileuse de l’entreprise est équipée d’un système d’incorporation. «80% des éleveurs chez qui j’interviens, utilisent ces produits», explique le chauffeur. De quoi justifier l’investissement dans ce système d’incorporation, 3.500€, auquel s’ajoute ici le réservoir de 500l en inox «fait maison».

 

ensilage-herbe-suède-élevage-laitier-AB-ensileuse-claas-jaguar-conservateur-de-fourrage-perstorp-reservoir

Le réservoir en inox installé sur l’ensileuse pour les conservateurs fait 500l.

«Il est possible de se faire des systèmes efficaces bien moins cher», argumente Christophe Michaut, représentant en France de Perstorp(1) qui se montre surtout impressionné par l’organisation: «Quand c’est bien pensé comme ça, mettre un conservateur ne prend pas trop de temps.» Toutes les 8 remorques, le chauffeur s’arrête au bout du champ où l’éleveur lui a déposé sa station-service ambulante: un plateau de quatre cuves contenant le mélange d’acides anti-bactérien et anti-fongique. En quelques minutes, le plein est fait.

ensilage-herbe-suède-élevage-laitier-AB-ensileuse-claas-jaguar-conservateur-de-fourrage-perstorp-reservoir-cuves-acide-EPI

Toutes les 8 remorques, le chauffeur fait le plein de conservateur en cinq à dix minutes, détour, manœuvres, pose et dépose des EPI inclus.

Rigueur

En cabine, le chauffeur régule lui-même la dose en fonction du volume avalé par sa machine. «Des systèmes automatiques existent», précise-t-il. Per-Åke Nilsson ajoute: «L’objectif est de mettre 5kg de produit par tonne de fourrage vert.» D’après son expérience sur d’autres fermes où il a été salarié, «si on ne respecte pas les doses, ça ne marche pas», et il ne souhaite pas économiser cette dépense de l’ordre des 10€/t de fourrage vert mise en silo et intégrée à son coût de production qu’il situe à 0,30€/l.

(1) Le fabricant de la formule d’acides organiques utilisée par la ferme

Retour sur les ensilages d’herbe en France

Tasser avec une herse rotative, des éleveurs vendéens pratiquent

TITRE TEST
Simple Share Buttons