Pour réduire leurs coûts, de jeunes éleveurs font le choix cuma

Gestion économique Organisation et Management
Charges : les jeunes éleveurs de la gaec font appel à la cuma

Maxime Bignon s’est installé en Gaec depuis 2011 sur la commune de Derval.

19/01/2018 - 12:05

Installés en 2011 et 2016 sur un gaec de Loire-Atlantique, deux éleveurs font appel à la cuma. Leur choix en adéquation avec leurs objectifs en termes de temps de travail et de revenu s’avère payant.

Partagez cet article: Pour réduire leurs coûts, de jeunes éleveurs font le choix cuma

Maxime Bignon s’est installé en 2011 avec un tiers. Parti en retraite, ce dernier a laissé la place à Jean-Philippe Maignan avec qui il est maintenant en gaec sur la commune de Derval. Ils produisent 780 000 l de lait avec 90 vaches Prim Holstein. Ils ont 62 ha dont 15 ha en maïs ensilage et 43 ha d’herbe. En 2016 ils ont acheté 5 ha de maïs sur pied et 20 tMS de foin de luzerne.

Réduction des charges !

Pour atteindre leurs objectifs en temps de travail et en revenu, il était essentiel de faire appel à la cuma locale, l’Etiffée. Cela leur a permis de limiter le montant de la reprise de l’exploitation en reprenant peu de matériels. De plus, ils ont peu d’investissements sur ce volet, ce qui leur permet de mieux financer le bâtiment qu’ils sont en train de construire.

Dans les faits, leurs charges de mécanisation sont de 399 €/ha (diagnostic Mécagest), soit 4 030 €/an de moins que leur objectif Mécaflash et 27 €/ha de moins que la moyenne des exploitations laitières des Pays de la Loire. Les exploitations qui arrivent à avoir moins de charges que leur objectif Mécaflash sont rares !

Leur stratégie est efficace puisque leurs charges de méca représentent 9,1 % de leur chiffre d’affaires, contre 17,1 % en moyenne. Ainsi, les jeunes éleveurs préparent sereinement le renouvellement du 90 ch, le plus gros tracteur de la ferme !


Les assemblées générales des quatre sections de l’union des cuma se dérouleront sous le titre “En Cuma y a de la marge !” qui invite à travailler sur le sujet des charges de mécanisation. Quatre rendez-vous:

  • En Vendée, le 25 janvier à partir de 9h45, à La Longère, à Mouilleron-le-Captif
  • En Loire-Atlantique, le 1er février à partir de 9h30, au Landreau
  • En Maine-et-Loire, le 2 février à partir de 9h30, à Jumelles
  • En Sarthe, le jeudi 8 février à partir de 9h45 à Sainte-Jamme-Sur-Sarthe

Retrouvez prochainement l’intégralité de vos éditions spéciales Union des Pays de la Loire sur Entraid.com.

Vous pourrez aussi lire notre article :

Charges de mécanisation, des portes ouvertes pour répondre aux jeunes.

Par Anne Marquet.
Publicité
Simple Share Buttons