CUMA, GIE , SAS , GIEE : en Combrailles limousine, des groupes interactifs

Le national
collectif cuma

En Combrailles, des synergies s’opèrent dans les groupes de développement pour améliorer les techniques de production sur les exploitations et construire ensemble des projets porteurs de valeur ajoutée.

10/05/2018 - 10:56

Dans l’Est creusois, la dynamique collective a favorisé la mise sur pied de projets de développement agricole.

Partagez cet article: CUMA, GIE , SAS , GIEE : en Combrailles limousine, des groupes interactifs

Quasiment 90 % : c’est la proportion d’agriculteurs du territoire qui adhèrent au GDA de Combrailles, soit 300 adhérents au total. Ce chiffre traduit l’empressement des agriculteurs à acquérir des savoir-faire grâce aux échanges au sein de groupes. Les thématiques abordées par le GDA, né en 1970, touchent les productions animales et végétales. Elles font écho aux questionnements actuels sur la réduction des phytos et du labour dans la perspective d’une agriculture plus économe et durable, sur la valorisation de l’herbe grâce à une gestion plus fine du pâturage, ou bien encore sur la mise en oeuvre de points d’abreuvement sécurisés pour les animaux.

page 10 Yves-Marie-Henry-GDACombraille-VDE

Yves-Marie Henry, président du GDA de Combrailles.

Alors que les deux dernières années n’ont pas été faciles pour les éleveurs creusois, Yves-Marie Henry, le président du GDA, croit fermement à l’intérêt du partage d’expériences pour chercher en commun des pistes d’amélioration et de progrès. À partir de cette inter-connaissance mutuelle entre agriculteurs, s’enclenchent aussi de solides projets collectifs.

Cuma, GIE , SAS , GIEE

Citons la création de Cuma locales pour mutualiser le matériel. En Combrailles, la Cuma Evahonnienne, créée en décembre 1977 et qui a prévu de fêter en grand son 40e anniversaire en juin, en est le parfait exemple. Aujourd’hui, ce groupe présidé par Cyrille Magnier et basé sur le secteur d’Evaux-les-Bains, fédère 60 adhérents. Deux salariés y travaillent. Le chiffre d’affaires atteint 480.000 €. La Cuma dispose de tous les matériels nécessaires aux exploitations, d’un hangar-atelier pour les remiser et le réparer.

La Cuma est aussi un noyau d’hommes énergiques habitués à coopérer. Ce «noyau dur» a été à la base d’autres projets novateurs. C’est le cas du GIE Blé d’Evaux, mis en place en 1999 pour mieux valoriser la production locale de blé. L’objectif est de retrouver un peu de valeur ajoutée sur les 18 exploitations regroupant une trentaine d’agriculteurs, engagés dans cette démarche. En établissant un cahier des charges bien étayé garantissant l’authenticité du blé produit localement, les membres du GIE entendent valoriser sa qualité. Aujourd’hui, 250 ha sont récoltés et commercialisés par l’intermédiaire de cette filière locale. À la clé, les producteurs peuvent prétendre à des prix de vente plus élevés pour ce blé panifiable (dont on connait la fameuse baguette Limousette), bien identifié.

Producteurs d’énergie

D’autres réalisations ambitieuses ont vu le jour plus récemment. En 2010, une fraction d’agriculteurs déjà engagés dans la Cuma ou le GIE, rejoints par d’autres agriculteurs, deviennent cette fois producteurs d’énergie photovoltaïque. Ils créent dans le même esprit coopératif la SAS Combrailles Énergie Solaire, qui leur permet de mutualiser l’achat des panneaux. Aujourd’hui, la structure regroupe une vingtaine d’exploitations et a procédé à la couverture photovoltaïque d’une trentaine de toits de bâtiments, dont celui de la Cuma Evahonnienne.

Les résultats économiques sont probants et quelques autres projets sont en cours. Parmi les dernières initiatives collectives marquantes sur ce territoire agricole, figure la création en 2016 de la SAS Méthagenête. Elle fait suite à la mise sur pied en 2015 par un groupe d’une dizaine d’agriculteurs creusois du GIEE Combrailles Energies, constitué autour d’un projet d’unité de méthanisation collective.

Les effluents d’élevage provenant des exploitations concernées serviront de minerai principal pour produire du gaz par fermentation. Là aussi, on retrouve quelques agriculteurs déjà engagés dans les projets collectifs évoqués ci-dessus. Le projet est désormais sur les rails. La construction est prévue en 2020.


Cet article est issu de l’édition spéciale pour l’assemblée générale Fncuma : « Le collectif, une vraie solution d’avenir ». Les assemblées générales et le Forum des Fédérations du réseau cuma se tiendront les 29 et 30 mai au siège du Crédit Agricole à Montrouge (92).

Publicité
Simple Share Buttons