Combien ça coûte ? Méteils immatures de l’implantation à la récolte

Elevages
Test dans le Limousin de la culture des méteils afin de préserver les stocks.

Pierre Lépée : "Pour préserver la valeur du méteil et optimiser le chantier de récolte, penser à régler les faucheuses à bon escient (réglage de la suspension, largeur d’andains, écartement et pression des rouleaux…)."

31/10/2017 - 13:07

Par souci d’autonomie protéique, quelques élevages testent la culture de méteil immature permettant ainsi de conforter leurs stocks fourragers. Voici les charges.

Partagez cet article: Combien ça coûte ? Méteils immatures de l’implantation à la récolte

Le terme «méteil» est réapparu assez récemment. Le mot, selon l’encyclopédie Wikipédia, dérive du latin mistilium, lui-même dérivé de mixtus, signifiant «mélange». Il était à l’origine, une culture composée de deux espèces : le seigle et le froment (blé). Aujourd’hui, le terme est employé pour des mélanges de céréales plus complexes, avec une proportion de protéagineux et/ou légumineuses.

Le cas des méteils immatures

Cette culture intermédiaire est sensée produire des stocks intéressants en qualité ou en quantité, en fonction du compromis recherché entre rendement et valeur alimentaire. Pour les chambres d’agriculture du Limousin qui suivent cette culture dans le cadre du «Programme Herbe et fourrages en Limousin», l’objectif d’une production de méteil récoltée précocement serait d’atteindre plus de 4 t de MS/ha à 16 % de MAT.

Si la récolte est plus tardive, le rendement sera plus important mais moins riche en énergie et en protéines. Dans la rotation, un semis de méteil fin septembre ou octobre, récolté fin avril début mai, pourra être suivi par une culture de printemps (ex : maïs ou tournesol…) elle-même récoltée en septembre. Si la récolte intervient plus tard en juin, le choix se portera plutôt sur un semis de culture d’été, type sorgho, trèfle d’Alexandrie, moha (famille des graminées)…

Multi-espèces, multi-conduite

Il n’existe pas un seul schéma de culture. La composition peut intégrer en effet différentes combinaisons d’espèces telles que blé, avoine, triticale, seigle – pois fourragers, féverole – vesce, trèfle… à des proportions variables. Un objectif s’impose toutefois : que le couvert puisse rester debout avec un maximum de protéagineux (plus de 35 pieds au m²) à la sortie de l’hiver.

La culture est économe en intrants, mais il ne faut pas trop tarder à la récolter pour préserver la valeur alimentaire. En l’espace de deux semaines, on peut tomber de 16 à 11 % de MAT.

La culture est économe en intrants, mais il ne faut pas trop tarder à la récolter pour préserver la valeur alimentaire. En l’espace de deux semaines, on peut tomber de 16 à 11 % de MAT.

En Limousin, un semis fin septembre ou octobre permettra de réduire les risques de gel des protéagineux tout en obtenant une production suffisante avec une récolte précoce. La culture valorise bien les fumiers à l’implantation, conjugués à un apport d’azote minéral d’une cinquantaine d’unités d’azote et complétés éventuellement par une fertilisation P et K (à juger en fonction des analyses de sol). Pour la récolte, cibler autour des 900°, base premier février. Cela correspond au début de floraison des pois fourragers d’hiver.

Tableau avec le coût d'implantation et de récolte du méteil dans la Creuse.

Combien ça coûte ? Coût d’implantation et de récolte du méteil dans la Creuse. Cliquez sur l’image pour agrandir le tableau.

A lire aussi : Méteils en cultures dérobées : TCS, UNE VOIE DIRECTE VERS L’INTENSIFICATION FOURRAGÈRE

La suite de cet article ici : Attention : risques de bourrages !

  • JFK

    « Si la récolte est plus tardive, le rendement sera plus important mais moins riche en énergie et en protéines »
    Je suppose que vous voulez dire moins concentrée, mais le fait de récolter plus mature permet de relever la barre de coupe puisque la valeur nutritive se situe au niveau de l’épi, la fleur, la graine, avec un taux de MS plus élevé, ce qui représente un avantage en terme de restitution et de protection du sol et permet de retarder la fauche tout en préservant la réserve utile moins sollicitée par des plantes + matures.

Publicité
Simple Share Buttons