ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Machine à tirer les sarments Provitis, pour une « mécanisation du geste manuel »

Partager sur

Machine à tirer les sarments Provitis, pour une « mécanisation du geste manuel »

Le 13 février, la machine à tirer les sarments Provitis faisait étape à Lycée agro-viticole de Libourne-Montagne, où quatre élèves organisaient suite à l'AG de la fdcuma de Gironde une démonstration de travaux d'hiver. Infos et vidéo à suivre.

Cette machine à tirer les sarments, qui entame sa phase de commercialisation, a attiré les viticulteurs du secteur: 300 personnes ont assisté à cette demi-journée (plus une centaine de scolaires), qui a aussi permis de faire évoluer la tireuse de sarments Binger-Ero, la dévrilleuse Braun, les broyeurs Oonyx et Souslikoff ainsi qu’une ramasseuse de sarments Caeb. « Les démonstrations de tireuses de bois ont eu beaucoup de succès, commentaient les organisateurs : la Ero qui amène les bois par le dessus avec un décalage soit par la droite soit par la gauche selon les piquets. Un broyeur intégré broie les sarments ce qui économise du temps et du gasoil. La Provitis sort les bois par le côté gauche sans abîmer la latte, car l’outil n’a pas de lame. » Achats en groupe Le concepteur de la VSE 430 de Provitis, le viticulteur saumurois Jean-Yves Dézé, s’est associés au constructeur pour l’industrialiser puis la commercialiser. Il était d’ailleurs présent ce jour-là pour conduire le tracteur lors de la démonstration. Annoncée au prix de 23700€HT (sans le mât), cette machine était attendue dans cette région où la main d’œuvre est difficile à fidéliser. Sur la trentaine d’exemplaires mis en route autour de la zone du Saumurois ces dernières semaines, la moitié ont été achetées en groupe (voir témoignage ci-dessous). Outre la rapidité d’amortissement, « on peut travailler de décembre à mars pour tirer les bois, ce qui laisse la possibilité de s’organiser », souligne Florent Renaut, responsable commercial Grand-Ouest pour Provitis. 60 centimètres entre les fils Lors de la démonstration au lycée de Libourne-Montagne, la machine était présentée sur un tracteur muni d’un support Provitis polyvalent. La tête est composée de trois éléments principaux, un disque vers l’extérieur qui pousse les sarments vers une chaîne de transfert, cette dernière amenant le bois entre quatre roues, qui achèvent l’extraction par le côté et véhiculent le sarment vers le milieu de la rangée. Le bras articulé équipé du disque, l’escamotage au piquet est automatique (vérin double effet dont la pression est réglable). En termes de débit, elle requiert un débit d’huile compris entre 20 et 25 litres. L’ensemble pèse 300kg, mieux vaut donc compter sur un tracteur conséquent. A l’arrière on peut équiper le tracteur d’un broyeur pour effectuer tirage et broyage en un seul passage. La vitesse d’avancement oscille entre 3,5km/h et 4,5km/h en fonction de la densité et de l’installation, et la machine peut passer jusqu’à 1,45m en inter rang. Elle demande un minimum de 60cm entre le fil de liage et le fil supérieur, et les bois doivent être relevés. « Il faut aussi que la palissage soit sain, bien tendu comme pour une pré-tailleuse, et avec des réparations saines », confirme Florent Renaut. Il précise que le changement d’habitudes se prépare un an à l’avance dès le liage en fonction du palissage du vignoble. L’entreprise propose un cahier des charges disponible au bas de l’article. Premier retour en cuma A la cuma des Ceps de Bouillé Loretz (dans les Deux-Sèvres), le président Sébastien Prudhomme indique qu’après 15 jours de travail avec la VSE 430, les résultats sont pour le moment mitigés. « Nous n’avons pas eu assez de temps pour adapter la vigne, et sur celles que nous avions préparées, il n’y avait pas suffisamment de dégagement entre les fils. Dans le principe elle fonctionne mais pour le moment c’est comme avoir une formule 1 qui sort de la planche à dessin ! » Il détaille de quelle manière la demi-douzaine d’adhérents (80ha de travail potentiel pour la tireuse de bois) vont préparer leurs parcelles : – Etablir une distance suffisante entre fil de baguette et fil de tête – Mettre en place un palissage de qualité – Revoir la technique de pliage de baguette – Faire glisser les bois à 50cm de chaque piquet Achetée après une démonstration, les adhérents comptent cette machine à tirer les sarments pour gagner du temps et diminuer leurs coûts de production.