2,8 milliards pour la troisième révolution agricole

Après les tracteurs et le chimie, place à la révolution de la connaissance et du vivant. C’est en tout cas l’ambition du gouvernement.

Le président Emmanuel Macron lors de la présentation du plan France 2030. Troisième révolution agricole.

Le plan «France relance» présenté ce 12 octobre 2021 par le président de la République prévoit 30 milliards d’euros d’investissement dans 10 objectifs prioritaires, dont 2,8 milliards d’euros pour le secteur agricole. L’occasion pour le ministre de l’agriculture d’annoncer l’arrivée la troisième révolution agricole française.

«Nous sommes à l’aube de la troisième révolution agricole, commente le ministre de l’agriculture Julien Denormandie lors du point presse de présentation du plan France 2030. Nous sommes face à des défis importants : climatique, démographique et environnemental.»

Plan France 2030

«La première révolution agricole s’est produite grâce à la mécanisation et à l’utilisation des machines agricoles. La seconde grâce à la chimie. La troisième sera celle de la révolution de la connaissance et du vivant» affirme-t’il en définissant les trois axes clés de ces nouveaux développements: le numérique, la robotique et la génétique.

Concernant la robotique, le ministre a expliqué que la réglementation allait évoluer en même temps que le développement des technologies. Sur la sélection variétale accélérée, il affirme que les nouvelles technologies sont une source de progrès pour réduire le stress hydrique des cultures par exemple, mais qu’elles ne doivent pas servir au développement de plantes résistantes aux produits phytosanitaires.

Troisième révolution agricole

«Nous en sommes encore aux prémices. La France sera le premier pays à la mettre en œuvre dans le monde». Pour accompagner cette révolution le gouvernement prévoit donc 2 milliards d’euros d’aides nouvelles et 800 millions d’euros supplémentaires dans le cadre du plan d’investissement d’avenir numéro 4.

Ces nouvelles aides sont structurées en 4 axes pour accompagner cette révolution du vivant et de la connaissance:

  • 1 milliard pour le développement de nouvelles pratiques et leurs équipements associés pour lutter contre le changement climatique.
  • 800 millions d’euros pour faire émerger des solutions pour une alimentation nutritive.
  • 500 millions d’euros de soutien en fond propre pour favoriser l’installation.
  • 500 millions d’euros pour le développement de nouveaux matériaux bas carbone et de la filière bois.

Plus de précisions à suivre sur les modalités de ce nouveau plan, qui entrera en vigueur dès 2022.

Le ministre de l’agriculture a tenu a rappelé que «l’agriculture agro écologique vient compenser les effets de la seconde révolution agricole. Elle n’est en rien une vision politique. La vision politique du gouvernement c’est la souveraineté alimentaire. La finalité reste de nourrir en préservant l’environnement et en donnant la capacité nutritionnelle».

A lire également:

Comment exploiter durablement ses haies?

Climat: 10 voies d’adaptation des systèmes fourragers.

Quand il ne pleut plus… Cela fait froid dans le dos!

Entraid Vidéos

Pour éviter que l’agriculture ne s’embourbe… Votez!

Immersion dans un groupe qui progresse

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement