Apprendre à expérimenter

La transition agro-écologique, vers des systèmes plus autonomes, est un processus de changement et d’apprentissage construit autour d’une succession d’essai-erreur, tel que le définit le projet Cotrae (1).

« Le fait d’expérimenter ensemble et d’être accompagnés par la formation nous a permis de gagner 10 ans. »

Les cuma qui s’engagent dans ce processus ont besoin d’un accompagnement spécifique pour adapter les techniques et les innovations à leurs objectifs et leurs contextes pédoclimatiques.  Avec la formation, la frcuma construit un outil d’accompagnement adapté à la demande spécifique de la cuma en intégrant des séquences d’apports et des séquences d’essais et d’observations.

La cuma des Gardes en Haute-Loire est composée d’éleveurs et de céréaliers. Chacun de son côté expérimentait l’implantation de couverts végétaux en vue d’un complément d’alimentation pour les premiers, un besoin de matière organique pour les seconds et, pour tous, un moyen aussi de lutter contre l’érosion. « Dans la cuma, on recherchait déjà des solutions pour obtenir des couverts végétaux », explique Didier Cortial, adhérent de la cuma. « Le problème était que chacun expérimentait de son côté. » Pour avancer, la cuma interpelle la frcuma qui construit une formation sur-mesure.

« On a gagné dix ans »

« Notre but était d’essayer d’améliorer l’implantation des couverts avec des variétés qui correspondent à notre territoire et à notre climat. L’accompagnement par la formation nous a permis de sélectionner des couverts et d’approfondir ce qui marche chez nous. Nous sommes aussi allés redécouvrir nos sols en présence d’un agronome. Seuls, on ne l’aurait jamais fait. Le fait de s’être engagé dans une formation nous a poussés à prendre du temps et à aller jusqu’au bout. Nous avons comparé nos essais, dialogué avec les autres. Dans le groupe, nous étions une douzaine et expérimenter ensemble nous a fait gagner 10 ans. »

La cuma continue les expérimentations. « D’autres essais de couverts sont mis en place mais nous allons poursuivre le partage et l’observation des résultats et mettre en pratique ce que nous avons appris ensemble. » 

cuma des gardes sols agronomie

Redécouvrir les sols accompagné par un agronome : « Une démarche que nous n’aurions jamais effectuée seul. »

Un relais entre l’idée et le but à atteindre

L’évolution des pratiques agricoles vers des systèmes autonomes, ou agroécologie, fait appel à de nouvelles techniques, de nouveaux matériels et une organisation nouvelle. Les cuma ont donc un rôle central dans ces évolutions. Accompagner les groupes qui veulent se lancer, c’est la mission d’Anne-Claire Kubala. « Au sein de la frcuma AuRA, je travaille en lien avec les fédérations départementales pour repérer et accompagner les cuma qui veulent avancer vers des démarches de changement de pratique comme le semis direct, l’introduction de couverts végétaux, l’autonomie protéique… La cuma est un laboratoire où les expérimentations se font à plusieurs. En partageant les observations, on avance plus vite. Mon rôle est d’accompagner ces groupes en commençant par faire exprimer l’ensemble des attentes, définir les objectifs et construire un projet de transition incluant les performances économiques, environnementales et sociales. Pour cela, je recherche les contacts, les experts, des expériences similaires ou je construis des formations personnalisées. Nous traçons ensemble un chemin qui soit adapté au système local ainsi qu’aux conditions pédoclimatiques.

anne claire kubala chargee mission agroecologie innovation

Anne Claire Kubala, chargée de mission agroécologie et innovation.


Cet article est issu du spécial Auvergne Rhone-Alpes d’avril 2019.

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement