ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Un « hors cadre » familial à la cuma des Juniors

Partager sur

Un « hors cadre » familial à la cuma des Juniors

Damien Belon, président de la cuma des Juniors, et Benjamin Berger, nouvel installé. Le but : «rajeunir la cuma.»

Benjamin Berger s’est installé en polyculture élevage en décembre 2015 en Charente-Maritime. Il a repris opportunément la suite d’un adhérent de la cuma des Juniors.

C’est lors de la période du parrainage que cet adhérent situé sur les communes de St Savinien et de Geay, a présenté son futur repreneur à la cuma. Les membres du conseil lui ont présenté le groupe, ses règles, ses engagements…  Malgré le souhait de départ d’investir individuellement dans son matériel, Benjamin Berger a finalement repris la majorité des engagements de son prédécesseur. Le conseil d’administration a souhaité mettre en avant l’installation des jeunes en échelonnant les parts sociales sur plusieurs années. La cuma lui a aussi proposé un poste de responsable de matériel pour intégrer le jeune repreneur dans le fonctionnement collectif. Après une première année en cuma, Benjamin Berger apprécie les échanges qui existent avec les adhérents. L’accès au matériel récent et performant n’aurait pas été possible en individuel. L’organisation mise en œuvre au sein des activités de la cuma lui permet d’atteindre un débit de chantier important. A la clé, un gain de temps qu’il valorise sur un autre atelier.

Anticiper les retraites et assurer l’avenir de la cuma

Damien Belon, le président de la cuma des Juniors, met en avant la pyramide des âges et la gestion délicate des départs, qui remet en cause l’avenir des activités de la cuma. Il faut la rajeunir! La difficulté majeure demeure le tabou général qui entoure la fin d’activité des exploitants agricoles… Ce qui rend difficile l’anticipation des départs et le renouvellement des adhérents. Il faut pourtant encourager les jeunes à adhérer aux cuma, en les accueillant, mais aussi en les responsabilisant petit à petit. L’intégration est plus facile lorsqu’un adhérent s’implique et qu’il a conscience des différents enjeux liés au maintien des activités.