Des éleveurs bien dans leurs baskets !

Lors des rencontres nationales «Travail et élevage» à Dijon en novembre dernier, la question de la «vivabilité» était au centre des échanges.

Les éleveurs en quête d'épanouissement dans leur métier.

Les éleveurs sont abreuvés d’infos techniques ou financières les enjoignant à toujours plus de performance. Cette profusion présente un risque : celui de mettre entre parenthèses la dimension humaine du métier, la santé physique et morale du travailleur happé par les contraintes à rallonge et les remises en cause perpétuelles. Les 4e rencontres nationales «Travail en élevage» début novembre à Dijon, organisées par l’INRA, l’Institut de l’Elevage et les chambres d’Agriculture, ont donné l’occasion de ne pas occulter ce pan important du métier de l’éleveur.

Il s’agissait d’explorer son vécu quotidien, ses conditions de travail, sa légitime aspiration au bien-être…  Pendant deux jours, on a échangé sur les risques et opportunités des nouvelles technologies,  l’accompagnement des jeunes qui veulent travailler en élevage, la place grandissante des salariés, les coopérations réussies entre éleveurs, l’attrait des femmes pour l’élevage…  Attention ! La charge mentale prend de plus en plus d’importance par rapport aux tâches  physiques, et cette charge n’est pas moins lourde à porter. Mais les multiples présentations ont montré, témoignages à l’appui, qu’il existe des pistes de réflexion, des solutions. Un seul but : que le métier d’éleveur puisse devenir réellement épanouissant.

Entraid Vidéos

Bientôt un toaster de protéagineux dans le Grand Est ?

20 km/h pour le combiné de semis Aquila

Récolte du tournesol: une nouvelle coupe Poget

Quels sont les tracteurs les plus rapides du monde ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement