Désherbage mécanique : des outils à mieux connaître

Aspects agronomiques, coûts économiques, temps passé, étaient les sujets au programme de la journée technique, organisée jeudi 19 mai, par la fdcuma et les GDA d’Indre-et-Loire.

Dix matériels de désherbage mécanique représentant cinq marques ont fait l'objet de démonstrations, le 19 mai, en Indre-et-Loire.

Cette journée,  menée en partenariat avec Groupama et avec la participation de Centre Sem, du Syndicat des producteurs de maïs semence et de CPO, a drainé plus de 100 agriculteurs. Leur credo :  s’informer pour répondre aux enjeux de réduction des produits phytos. Car le désherbage mécanique ne se résume pas à acheter un matériel. Loin s’en faut ! Les aspects agronomiques,  composition des sols, climats, stade des adventices et de la culture… entrent en ligne de compte pour décider le passage et le type de matériel à utiliser. L’idéal étant d’avoir accès aux différents types de matériels, Franck Mallet, président de la Fdcuma, a insisté sur le rôle important des collectifs et notamment des cuma, pour développer et réussir le désherbage mécanique.

Avantages agronomiques

Après avoir présenté les trois types d’outils, leurs caractéristiques et leur efficacité sur les adventices, Patrice Ménétrier et Marion Guillot de la chambre d’agriculture (GDA) ont rappelé qu’un désherbage mécanique efficace se gère d’abord sur des mauvaises herbes peu développées. «En système conventionnel, vous semez et désherbez en post‐semis. En désherbage mécanique, c’est la même chose. Vous semez et passez la herse étrille à l’aveugle deux ou trois jours après, quand les plantes sont au stade filament blanc”, explique Patrice Ménétrier.

Coût moindre mais temps supplémentaire

Le coût d’un désherbage chimique en maïs a été évalué (en plein, matériel, fuel, main-d’œuvre et herbicide) à  environ 93€/ha. L’intervention mécanique, selon les mêmes critères, peut varier de 20€/ha en herse étrille à 30€/ha avec une bineuse. La différence de prix permet trois passages d’outils mécaniques pour un passage pulvé.

Cinq constructeurs et 10 matériels

Cinq constructeurs ont répondu présents : Carré, Monosem, Kongskilde, Binov et Hatzenbichler avec 10 matériels (herses étrilles, houes rotatives, bineuses à socs, bineuse à étoile, désherbineuse) et deux systèmes de guidage, Précicam de chez Carré et RTK sur tracteur de Cloué Précision. Les herses étrilles et houes rotatives ont été testées dans le tournesol stade B2/B3 et également, à l’aveugle, dans un champ de maïs semé 4 jours auparavant. Les bineuses ont évolué uniquement sur tournesol. Les visiteurs ont ainsi pu ainsi apprécier les différentes modalités de travail avec les matériels présentés.

La herse étrille Hatzenbichler est composée de panneaux déformables qui épousent au mieux le terrain

DEMO 37 tournesol après herse étrille hatzenbichler

 

 

 

 

 

 

Monosem a redimensionné et simplifié le réglage de la profondeur de travail

La bineuse Kongskilde simplifie le réglage inter-rang avec une graduation des écartements sur la poutre

 

 

 

 

 

 

demo desherbage binov

Carré présentait sa désherbineuse Iziflo équipée d'une interface d'autoguidage par caméra et palpeurs

 

 

 

 

La houe rotative Hatzenbichler attaque le sol avec le dos de la cuillère

En comparaison, la houe rotative Carré travaille avec la pointe de la cuillère

Entraid Vidéos

Immersion dans un groupe qui progresse

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

«Le collectif fait la force» et c’est le Ministre qui le dit !

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement