Pulvé: des pistes concrètes

Machinisme Agricole Tests et avis
Vérification de l'efficacité d'un pulvérisateur en démonstration à Marcellus, dans le Lot et Garonne, en juillet 2015. Démonstration organisée par la fdcuma47.

Vérification de l'efficacité d'un pulvérisateur en démonstration à Marcellus, dans le Lot et Garonne, en juillet 2015. Démonstration organisée par la fdcuma47.

22/11/2015 - 20:15

L’Irstea a exposé lors de l’AG de la fdcuma de l’Hérault des résultats de pulvé obtenus en 2013 et 2014 sur sa vigne artificielle, EvaVitiSpray. Et des pistes se dessinent… enfin !

Partagez cet article: Pulvé: des pistes concrètes

Premier enseignement de taille : avec un pulvé bien réglé, la part de produit qui parvient à la plante en fonction des différents types de machines, s’étale de 10% à 80%, avec aussi des différences importantes en fonction du stade phénologique de la vigne.

L’IFV, l’Irstea ont participé à la conception d’EvaVitiSpray. Cette vigne est un banc d’essai qui permet de mesurer la capacité du matériel à déposer correctement la bouillie phytosanitaire sur le végétal à protéger. Les campagnes 2013 et 2014, menées en collaboration avec les Chambre d’agriculture du Languedoc Roussillon, ont permis d’affiner les premiers résultats de performance des pulvérisateurs.

L’IFV, l’Irstea ont participé à la conception d’EvaVitiSpray. Cette vigne est un banc d’essai qui permet de mesurer la capacité du matériel à déposer correctement la bouillie phytosanitaire sur le végétal à protéger. Les campagnes 2013 et 2014, menées en collaboration avec les Chambre d’agriculture du Languedoc Roussillon, ont permis d’affiner les premiers résultats de performance des pulvérisateurs.

 

Machines à égalité

Sur la vigne artificielle, toutes les machines sont à égalité, réglée à l’optimum pour pulvériser 1g de produit colorant/ha. L’analyse porte à la fois sur la quantité de produit impactant capteurs (mimant les feuilles) et la répartition de ce produits sur les 4 rideaux de capteurs, pour vérifier la pénétration du produit à l’intérieur et de l’autre côté du rang.

Sur les campagnes d’essais 2013-2014, 12 pulvérisateurs associés à diverses buses  ont été testés. Et les écarts sont importants, à la fois entre les stades et les machines:

  • Il existe un rapport de un à 4 entre les doses moyennes déposées en début de végétation et en plein végétation. En effet, la surface de végétal à couvrir est plus faible, expliquant une concentration des dépôts à ce stade de début de végétation.
  • En début de végétation, la quantité de produit déposée sur les feuilles pour des appareils bien réglés varie de un à cinq, en fonction du type d’appareil.
  • En milieu de végétation, cette quantité s’étale du simple au triple.
  • Et en fin de végétation, cet écart entre performances des machines va du simple au double.

En début de végétation

Adrien Vergès, de l’IFV, expliquait lors de l’AG de la fdcuma34 les résultats en début de végétation, par type d’appareil:

  • Voûtes pneumatiques tous les 2, 3, 4 rangs : en moyenne, le dépôt est le même. Ces moyennes sont issues de points de mesures très dispersés.  Quand on passe tous les 4 rangs, on a des rideaux beaucoup moins traités que les autres, alors que tous les 2 rangs il y a une bonne homogénéité de la répartition.
  • Aéroconvecteurs : là encore, utilisés tous les 2 ou 3 rangs, les résultats sont différents. Tous les 3 rangs, il y a même des points qui sortent du graphique, on a une hétérogénéité sur les rangs qui sont loin du passage du tracteur, qui  reçoivent très peu de dépôt du pulvérisateur.
  • Jet projeté : ce système dans projection d’air, économe en énergie, donne de très bons résultats. Les dépôts moyens sont très hauts et l’hétérogénéité très correcte. Autrefois utilisé, ce système pourrait être remis au gout du jour pour réaliser les deux à trois premiers traitements de la campagne (voir illustration ci-dessous)
Zoom sur les rampes « premier traitement » équipées de buses à injection d’air.

Zoom sur les rampes « premier traitement » équipées de buses à injection d’air.

La répartition dans le rang, élément clé

Adrien Vergès insiste sur ce que recouvrent ces moyennes, lors de la phase de pleine végétation  : « A ce stade, ce n’est pas dépôt moyen qui importe le plus, mais plutôt le profil de répartition qu’on a du mal à obtenir homogène ». En témoignent les profils ci-dessous :

Mesure de la répartition de la bouillie à travers le rang: en bleu, la partie gauche du rang, en rouge, le centre et en vert la droite (le plus éloignée du tracteur).

Mesure de la répartition de la bouillie à travers le rang: en bleu, la partie gauche du rang, en rouge, le centre et en vert la droite (le plus éloignée du tracteur).

Analyse de l’homogénéité de la pulvérisation sur le rang

  • Voûtes pneumatiques : utilisée sur 2 rangs elles donnent des profils de répartition assez homogènes. Tous les 4 rangs : une des deux faces n’est jamais traitée de façon directe, on a une décroissance des dépôts de pulvérisation, une hétérogénéité importante.
  • Aéroconvecteur utilisé tous les deux rangs : là aussi une face n’est jamais ciblée directement, est peu couverte.
  • Face par face : logiquement bonne homogénéité de la répartition de la pulvérisation.
Publicité
Simple Share Buttons