Pyrénées orientales : une dynamique préservée malgré des moyens réduits

Faire beaucoup avec peu, c’est en résumé la mission de Thierry Payrou, qui présidait l’assemblée générale de la fédération des cuma le 10 décembre dernier à Perpignan, et de Florence Grabulos, animatrice. Et la mission est bien accomplie pour la quarantaine de cuma du département.

Thierry Payrou, président de la fdcuma66, et Bernard Tressols, président des cuma d’Occitanie, à la tribune. 

Faire beaucoup avec peu: mission accomplie pour la quarantaine de cuma du département, grâce au travail de l’équipe de la fédération des cuma des Pyrénées orientales.

Avec quelques chiffres en trompe l’oeil, comme la baisse des investissements (montant total des aides votées passé de 257 943 € en 2018 à 180 575 € en 2019). “Mais nous étions très hauts par rapport au nombre total de cuma”, analyse l’animatrice Florence Grabulos. L’intérêt pour les cuma ne faiblit pas, l’animatrice (par ailleurs Conseillère installation) étant assez sollicitée sur de nouveaux projets

Son commentaire: “pour durer, il faut aujourd’hui aux groupes une certaine taille critique, et des responsables engagés”.

L’Assemblée générale a permis quelques interventions éclairantes, comme le témoignage d’un jeune installé avec sa cuma locale:  la prétaille et la vendange en cuma lui permettent d’alléger le poids de ses investissements, très lourds dans cette phase de démarrage.

Thierry Payrou, le président, et Florence Grabulos ont aussi souligné la pertinence du dispositif Dina (pour Dispositif d’accompagnement des cuma) en soumettant à l’assemblée l’exemple de la cuma Somoreil (voir encadré ci-dessous).

Sont également intervenus Bernard Tressols, président des cuma d’Occitanie, pour expliquer les axes de travail syndicaux* et Judith Carmona, Conseillère régionale. Cette dernière a souhaité rassurer les adhérents de cuma sur les (longs) délais de paiement des subventions en leur indiquant que l’équipe dédiée au traitement des dossiers a été doublée pour en accélérer le traitement.

*notamment la possibilité d’affecter jusqu’à 50% du montant des subventions perçues à partir du 2 novembre 2018, sur le compte de résultat, sur décision du CA. 


Exemple  de Dina à la cuma Somoreil à Réal

« Stratégie de développement de la Cuma dans le cadre de l’arrivée de nouveaux adhérents : fonctionnement coopératif, gouvernance, gestion du parc matériel »

Coût : 1120 € – subvention de 90%  : 112 € à la charge de la CUMA

5 adhérents, CA de 35000 €. Activité : fenaison, traction, transport de fourrage et de bétail, entretien des abords de parcelles et des fossés

Le DINA: 2 réunions avec les adhérents. Diagnostic des points forts et points faibles de la Cuma. Point sur les mises à jours à faire (juridiques, Réglement Intérieur). Implication des jeunes dans le fonctionnement de la Cuma et conditions pour assurer la pérennité de la Cuma.

 

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement