Sécheresse: le Sud-Ouest veut de futures concessions hydroélectriques plus généreuses pour le réseau en eau

Face à une sécheresse "décennale" et à l'impact du changement climatique, le grand Sud-Ouest, qui représente 120.000 km de cours d'eau pour 20% du territoire, a demandé à l'Etat de prévoir, dans les futures concessions hydroélectriques, une "capacité supplémentaire" de prélever de l'eau pour le réseau, plutôt que pour l'hydro-électricité.

Le grand Sud-Ouest a demandé à l'Etat de prévoir, dans les futures concessions hydroélectriques, une "capacité supplémentaire" de prélever de l'eau pour le réseau, plutôt que pour l'hydro-électricité.

Dans le Bassin Adour-Garonne qui couvre pour l’essentiel les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, à la mi-juillet, « seuls six départements (sur 26) n’avaient pas d’arrêtés préfectoraux pour restreindre l’usage de l’eau », a rappelé mardi le préfet d’Occitanie Etienne Guyot, lors de la tenue mardi à Bordeaux du Comité de Bassin Adour-Garonne.

Les préfets des deux régions ont décrété une « opération commando » associant Etat, collectivités territoriales, régions, acteurs agricoles et industriels, public, pour « rétablir un équilibre hydrographique en souffrance » par endroits sur le bassin.

L’objectif est de s’attaquer au « déficit qui existe aujourd’hui, de 250 millions de m3 par an, annoncé à 1,2 milliard de m3 par an à l’horizon 2050 », soit la moitié de la consommation actuelle, selon M. Guyot.

Le comité de Bassin Adour-Garonne a validé mardi les mesures adoptées aux Assises nationales de l’eau début juillet et a lancé des chantiers pour des actions concrètes dans ses sous-bassins (Garonne, Dordogne, Charente, Lot, Tarn-Aveyron, Adour, Côtiers Aquitains-Charentais), que ce soit en matière d’économies d’eau, restauration de zones humides, végétalisation, mobilisation ou remobilisation de ressources (par exemple des réserves d’eau en déshérence), notamment.

« Il faudra créer des ressources (en eau) supplémentaires » a affirmé Martin Malvy, président du Comlité de Bassin Adour-Garonne et ancien président (PS) de la région Midi-Pyrénéées. « Mais elles ne seront jamais à la hauteur de l’enjeu. Il n’y a pas une solution mais une addition de solutions et de politiques nouvelles ».

Le Comité de bassin a ainsi adopté une motion « demandant d’ores et déjà à l’Etat, dans le cadre des nouvelles conventions de concession hydroélectrique des barrages, de prévoir une capacité supplémentaire de prélèvement de l’eau destinée au réseau plutôt qu’à la production hydro-électrique », a expliqué M. Malvy. « Aujourd’hui ce sont 160 millions de m3 dont nous disposons chaque année, nous voulons atteindre les 400 millions, mais ça ne règlera pas non plus le problème ».

Adour-Garonne a aussi demandé « un audit sous 18 mois, agence (de bassin) par agence », pour vérifier que la feuille de route des Assises de l’Eau de juillet « peut être menée a bien dans un cadre des moyens laissés par les restrictions budgétaires, les prélèvements de l’Etat » sur le budget des agences.

Le comité a aussi demandé, dans le cadre de la renégociation de la Politique agricole commune, qu' »elle intègre l’accompagnement des pratiques agricoles nécessaires à la reconquête de la qualité des rivières ». « Il faudra des financements, des moyens, et ils viennent en partie de l’Europe, du Feader » (Fonds européen agricole pour le développement rural), a rappelé M. Malvy.

Entraid Vidéos

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

L’ambiance studieuse du Salon aux champs

[Sima 2019] Incroyable ! Nous avons joué à Super Mario Bros sur l’IntelliView d’un tracteur New Holland !

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement