Une alternative à la litière paille

Elevages
Des plaquettes dans la litière paille

"L'utilisation de plaquette en sous-couche a un effet drainant. La paille reste sèche plus longtemps ainsi que les animaux, et la portance est améliorée."

26/10/2016 - 13:00

Retrouver une certaine autonomie pour le paillage des bovins. C’était l’objectif d’Yves Fradin en intégrant de la plaquette bois dans la litière. D’autres avantages ont aussi été mis en avant.

Partagez cet article: Une alternative à la litière paille

C’est au pied de la montagne bourbonnaise, dans l’Allier, que se trouve Yves Fradin, utilisateur depuis 7 ans de plaquettes bois pour le paillage de ses 70vaches. Normalement dans la région, le prix de la paille se négocie autour de 55€/t. Par contre, avec les différentes années de sécheresse de 2001 ou 2003 ou les années humides comme en 2014, le cours de la paille peut facilement s’envoler et dépasser les 100€/t.«J’ai essayé la plaquette bois pour pallier le manque de paille sur mon exploitation et éviter ainsi de subir les fluctuations de prix et retrouver mon autonomie.»

35% de paille en moins

Au début, il y avait une certaine crainte à l’utilisation des plaquettes. Est-ce que les animaux allaient apprécier? Est-ce que cela allait provoquer des blessures? «On a réalisé un test. La moitié du bâtiment a été paillé et sur l’autre moitié, 6 à 7 cm de plaquettes ont été épandus. Le résultat est que les animaux se tenaient indifféremment sur l’une ou l’autre litière sans préférence particulière.» Après ces observations, validation des plaquettes bois pour entrer dans la composition de la litière. Aujourd’hui, avant de rentrer les animaux, 7 à 8cm de plaquettes sont étalés dans les bâtiments.

Durant les trois premières semaines, les plaquettes sont la seule litière, puis un paillage est réalisé avec un tiers des quantités habituelles en moins. «Au bout de 3 semaines, les plaquettes s’assombrissent, la clarté des bâtiments est bien moindre et la paille redonne un peu de lumière. Le premier apport de paille reste propre plus longtemps car la couche de plaquettes possède un effet drainant. Cela se voit aussi sur la propreté des animaux. Pour les veaux, la litière bois chauffe moins ce qui explique sans doute la baisse d’infection du nombril chez les plus jeunes.» En plus des économies de paille, l’avantage de la plaquette bois est que «son prix est connu à l’avance et équivaut à un prix de la paille de 55 €/t». Chaque année, ce sont entre 300 et 350m3 qui sont broyés à partir de trembles et de vernes poussant en bord de rivière.

litière

Les plaquettes sont étalées avec une épaisseur de 7 à 8 cm sur l’ensemble du bâtiment. La paille est épandue après 3 semaines d’utilisations avec un tiers des quantités habituelles en moins.

Une denrée à protéger

Pour une bonne efficacité, les plaquettes ont besoin de sécher au minimum durant 8 semaines et d’être stockées à l’abri. «La première année, j’ai stocké la plaquette dehors. Elle a reçu toutes les pluies et a eu une efficacité absorbante peu importante.» Elle a dorénavant une place sous le hangar. Une fois les bâtiments curés, le fumier est stocké et épandu sur prairies. Il est vivement conseillé de ne pas enfouir le fumier contenant de la plaquette ou de réaliser un compostage en deux passages espacés de 3 semaines. «Une année, j’ai enfoui le fumier sur une parcelle devant recevoir du maïs et je l’ai retrouvé intact l’année suivante.» Par contre, le fumier contenant de la plaquette est plus facile à travailler. «L’épandage est plus régulier car le mélange plaquettes – fumier pailleux ne crée pas de paquets et l’épandeur force moins.»

Des outils spécifiques pour la Bourbonnaise de drainage

Chaque année, la cuma Bourbonnaise de drainage réalise près de 35.000m3 de plaquettes dont la majorité est dédiée au chauffage. Pourtant, avec la fluctuation du prix de la paille, l’activité litière plaquette se développe. Pour cela, la cuma est bien armée. Deux grappins coupeurs peuvent débiter des haies pour un tarif compris entre 3 et 5€/m3. La déchiqueteuse revient entre 6 et 8€/m3 suivant les chantiers. En comptant en plus le travail de l’agriculteur qui rentre les plaquettes avec ses remorques, on arrive à un tarif moyen de 15€/m3. Comme il faut 3,5m3 de plaquettes sèches pour faire 1 tonne de paille, cela équivaut à de la paille à 52,5€/t en moyenne.

grappin

Le grappin coupeur supprime le travail pénible d’abattage.

 

Publicité
Simple Share Buttons