L’aviculture fermière a son association

Elevages
Aviculture fermière : une demande croissante des consommateurs.

L’Anaric, a été fondée en octobre 2018. Elle fédère les petits éleveurs de volailles en circuits courts et entend préserver leurs intérêts près des pouvoirs publics.

16/01/2019 - 14:00

En fin d’année 2018, l’association nationale de l’aviculture fermière indépendante et citoyenne a vu le jour.

Partagez cet article: L’aviculture fermière a son association

Les «pratiques» habituelles des producteurs de volailles en circuits courts ont été mises en cause à l’occasion des dernières épidémies d’influenza aviaire. L’application draconienne des réglementations sanitaires risquait en effet de compromettre les modes d’élevage de volailles en circuit courts, par petit lots en plein air.

D’ores et déjà, une première réponse a été trouvée, avec l’élaboration d’un guide de biosécurité rédigé avec l’Itavi, et adapté au niveau de risques spécifiques aux petits élevages de volailles (moins de 5000 animaux-équivalents présents en même temps sur le site et/ou dont la surface totale des bâtiments est inférieure à 750m²), en circuits courts (vente directe au consommateur ou avec un seul intermédiaire entre l’exploitant et le consommateur), et autarcique (pas de vente d’animaux vivants).

Défendre ses intérêts

Dans la continuité de cette action, un certain nombre de producteurs ont décidé de se structurer en fondant, en octobre 2018, l’association nationale de l’aviculture fermière, indépendante et citoyenne (Anafic). L’objet de l’association est de mettre les producteurs en réseau pour défendre collectivement leurs intérêts auprès des pouvoirs publics.

A terme, l’association pourrait proposer éventuellement un accompagnement technique aux producteurs intéressés. Cette démarche intéresse aussi certaines associations fermières ou des cuma de découpe comme la cuma Tradition Chalossaise, présidée par Joël Cabannes, dans les Landes. Le lancement de l’Anaric a bénéficié du soutien de syndicats agricoles (Confédération Paysanne, Modef) et de l’appui d’un cabinet vétérinaire.

Contact : aviculture.fermiere.citoyenne@gmail.com


A lire aussi sur le sujet :

Grippe aviaire: les volailles Label Rouge et Plein air peuvent rester confinées

 

Publicité
Simple Share Buttons