La cuma de Mondeville s’équipe d’une coupe de pré-fauche

La faucheuse andaineuse est encore aujourd’hui un outil plutôt rare dans le réseau, qui s’inscrit dans logique de chantier de moisson en décomposé. Les objectifs : gommer les irrégularités de maturité au sein d’une même parcelle et avancer la date de récolte pour gagner en qualité de conditions d’implantation pour la culture suivante.

75% des adhérents de la cuma de Mondeville souhaitent récolter l’ensemble de leurs cultures en moisson en décomposé.

La cuma de Mondeville vient de s’équiper d’une coupe de pré-fauche de 6m. Un équipement destiné à la récolte des colzas, lentilles et toutes les espèces à maturité lente, mais aussi pois chiches, luzerne et cultures porte graines. Au total, 8 adhérents utiliseront cet outil, dont 5 installés en agriculture biologique. Le tout pour une surface totale de 550 hectares (dont la moitié en blé). Le groupe effectuera aussi des essais sur chanvre.

Gagner 10 jours sur la moisson

«Il est dit que nous pouvons gagner 10 jours sur le blé avec un gain de 25% de protéines et 1 point de PS» explique Jean-Luc Rossel (responsable de l’outil).

Dans la pratique, l’attelage de cet outil est compliqué dans l’organisation de chantier. Le groupe a donc décidé que 2 adhérents seulement mettraient leur tracteur dessus.

«La première année d’utilisation a été compliqué dans son organisation, puisque sur tout l’été 2021 nous n’avons eu que deux semaines où il y a eu cinq jours de beau consécutifs.»

Pour utiliser cet outil, la force de relevage à l’avant du tracteur est plus importante que la puissance moteur. Les premiers débits de chantier sont plutôt bons, de l’ordre de 3 à 4 ha/h. Sauf dans les lentilles où la cuma avance moins vite (environ 9 km/h).

« Nous avons choisi la marque Tort pour sa largeur de sortie de tapis importante (1,4 par 1,3m), l’objectif étant d’avoir des andains plus aérés. Ensuite, les autres marques étaient plus chères et nous n’avions pas vraiment de référence. Sans oublier aussi l’importance d’avoir un concessionnaire de proximité pour assurer le SAV. »

Coupe de pré-fauche, un budget total de plus de 70.000€

Concernant le budget, la cuma de Mondeville a investi 55.000€ dans la coupe et son chariot, ainsi que 5.500€ pour une masse de lestage pour le tracteur. Pour reprendre l’andain, elle a également acheté un pick-up Rostselmash avec son chariot pour 12.000€.

Au final, 75% des adhérents de la cuma souhaitent faire l’ensemble de leurs récoltes avec cette technique. « Après la fauche de la culture, il faut la laisser au sol 4 à 5 jours pour le séchage. Avec cette technique, nous aurons aussi moins d’usure sur notre moissonneuse-batteuse, car elle n’avale pas les impuretés. »

A lire également sur cette thématique:

Moisson en décomposé, une bonne idée?

Le fauchage andainage s’étoffe dans le Gers.

Le fauchage andainage pour gagner en qualité de récolte.

Entraid Vidéos

Bientôt un toaster de protéagineux dans le Grand Est ?

20 km/h pour le combiné de semis Aquila

Récolte du tournesol: une nouvelle coupe Poget

Quels sont les tracteurs les plus rapides du monde ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement