ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Devenir tuteur d’un apprenti

Partager sur

Devenir tuteur d’un apprenti

Le maître d’apprentissage a pour mission d’accompagner l’apprenti dans sa formation. Il l’encadre dans ses activités quotidiennes.

Le point sur ce que signifie "devenir tuteur d'un apprenti" avec Virginie Rio, animatrice Emploi au sein de la fédération des cuma Bretagne-Ille Armor.

Le maître d’apprentissage a pour mission d’accompagner l’apprenti dans sa formation. Il l’encadre dans ses activités quotidiennes, assure la cohérence de la formation entre les enseignements théoriques délivrés par le centre de formation des apprentis (CFA) et l’expérience pratique acquise en entreprise, explique VirginieRio, animatrice Emploi au sein de la fédération des cuma Bretagne-Ille Armor

A lire également: « Apprentissage: de 5000€ à 8000€ d’aides annoncées dès juillet »

Qui peut être maître d’apprentissage ?

« Il existe plusieurs possibilités:

• soit l’employeur lui-même
• soit un salarié désigné par ce dernier
• soit une équipe tutorale (partage entre plusieurs salariés)

Pour être maître d’apprentissage, le tuteur doit remplir une des trois conditions suivantes :

  • Soit  être titulaire d’un diplôme ou d’un titre relevant du domaine professionnel correspondant à la finalité du diplôme ou du titre préparé par l’apprenti et d’un niveau au moins équivalent, justifiant de 2 années d’exercice d’une activité professionnelle en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre préparé.
  • Soit justifier de 3 années d’exercice d’une activité professionnelle en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre préparé et d’un niveau minimal de qualification déterminé par la commission départementale de l’emploi et de l’insertion.
  • Soit disposer d’une expérience professionnelle de 3 ans en rapport avec le diplôme ou le titre préparé par l’apprenti après avis du recteur, du directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ou du directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale. L’absence de réponse dans un délai d’un mois à compter de la saisine de l’autorité compétente vaut avis favorable »

Contenu initialement publié dans l’Infocuma Employeurs de la Fédération régionale des cuma de l’Ouest (édition de mai 2020)