Le COVID 19 parti, il restera les phytos

Les produits phytosanitaires demeurent une menace pour la santé des agriculteurs qui les emploient. Les fabricant d’EPI font des efforts pour que chacun se protège au mieux.

EPI comme "équipement de protection individuelle" (extrait de la campagne de communication).

Une campagne de communication sur les EPI, ces indispensables équipements de protection individuelle, est en cours dans le cadre du  « Contrat de solution ». Les organisations agricoles et les fabricants se sont concertés pour parvenir à ce qu’ils soient plus utilisés.

Le COVID 19 a monopolisé l’attention ces temps-ci mais les molécules chimiques de l’arsenal de protection des plantes sont tout autant invisibles et porteuses de danger.

Plus faciles à porter

Les fabricants ont engagé des efforts de conception en termes de confort. Mais aussi d’image vis-à-vis d’autrui, prix, réutilisation, coupe mieux adaptée aux tâches, etc.

Les produits phytosanitaires doivent afficher dans leur notice d’utilisation un tableau détaillant quels EPI (gants, lunettes, masques, combinaison, etc.) sont préconisés, pour les différentes opérations (mélange, préparation, traitement, etc.).

EPI équipement de protection individuelle phytosanitaires

Plus pratiques, plus discrets, moins chers… Les EPI s’améliorent, affirment les fabricants (extrait de la campagne de communication).

 

Une filière en marche

De leur côté, la coopération et le négoce s’emploient à diffuser des conseils et à proposer des EPI adaptés aux agriculteurs.

Enfin, Adivalor assure la récupération des EPI usagés. Un site dédié, epiphyto.fr, a été lancé par le gouvernement qui précise que « les EPI ne sont qu’un élément dans une démarche globale de prévention». Elle doit combattre 4 écueils listés ci-dessous.

  • Danger des produits. Sélectionner des produits phytos avec un meilleur profil toxicologique. Privilégier les formulations granulés plutôt que poudre mouillable.
  • Matériel de pulvérisation non fiable. Choisir un matériel bien conçu, entretenu et régulièrement réglé…
  • Hygiène et comportement. Se laver les mains, prendre une douche en fin de chantier. Ne pas introduire d’éléments souillés (EPI, téléphone…) dans la cabine ou à la maison…
  • Insuffisance de la protection collective. Abandonner les tracteurs sans cabine. Changer les cartouches des filtres. Organiser l’aire de préparation. Adopter des systèmes de transfert sans contact…
EPI équipement de protection individuelle phytosanitaires

De l’achat à l’élimination, un parcours vertueux (extrait de la campagne de communication).

 

En complément : ai-je le droit de laisser mon salarié utiliser le pulvérisateur sans EPI ?, un exemple d’EPI de nouvelle génération avec le tablier S-Protect pour les phases de préparation.

Entraid Vidéos

Changement des pneus du tracteur : protocole et précaution

Quel est le bon outil pour détruire un couvert végétal en sol humide ?

Tailler la vigne deux fois plus vite

Ils font les silos avec un-gros-chargeur frontal MX

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement