Les coûts et les prix de 1500 épandeurs à fumier dont quatre sont décortiqués

Dans ce troisième numéro du nouveau supplément Rayons X dédié aux effluents d'élevage, la Rédaction d’Entraid s’intéresse au coût réel d’utilisation des épandeurs à fumier de 14 m3 / 12 tonnes. Mais comment est calculé ce coût de détention ? A quoi correspond-il précisément ? Le point méthodologique.

Pour évaluer les coûts d’entretien des différents modèles d’épandeurs, nous partons d’une synthèse des valeurs relevées pour chacun dans les derniers guides des prix de revient de l’ensemble de la France.

Les Rayons X sont le fruit d’un travail d’analyse et d’enquête conjointes entre l’équipe de la Rédaction d’Entraid’ et le service AgroEcoTech de la Fncuma. Elles sont basées sur les données comptables des cuma du réseau, traitées suite au travail méthodique des trésoriers et comptables qui en assurent la qualité initiale.

Le coût de détention d’un épandeur comprend tout ce qu’il coûte durant 6 ans d’utilisation, de l’achat à la revente. Il comprend trois postes : la décote (ou la différence entre le prix d’achat et la valeur de revente), les frais d’entretien, et les frais financiers sur la même période. Pour cette enquête, nous avons simulé un coût de détention sur 6 ans, à raison d’une utilisation annuelle de 600 voyages. 

Le voyage est l’unité de facturation la plus souvent employée dans les cuma. Les épandeurs à fumier du parc cuma tournent en moyenne à hauteur de 600 voyages/an contre un usage estimé à 100 voyages/an en propriété individuelle. En revanche, ce coût de détention est lié à l’épandeur seul. Il ne prend donc pas en compte les charges liées à la main d’œuvre, à l’assurance et aux autres frais de gestion.

Pas de comparaison hasardeuse

Pour ce dossier sur les épandeurs à fumier, nous avons enquêté sur les épandeurs de 14 m3 / 12 tonnes les plus présents dans le réseau cuma. Il nous faut en effet disposer de suffisamment de données pour établir des tendances fiables. La sélection comprend Jeantil, Rolland, Samson et Sodimac. C’est donc pour une raison statistique et de pertinence des données que des marques parfois très présentes dans certaines régions n’apparaissent pas dans ce dossier. Par contre, il serait hasardeux de transformer ce dossier en comparatif. En effet, les différents achats se font dans des régions et des contextes différents (négociations, date d’achat, etc). Pour un même modèle, une forte variabilité des prix d’achat est relevée lors de nos enquêtes téléphoniques. 

Voici les quatre épandeurs étudiés

Deux experts épandage mobilisés

Dans ce numéro Rayons X, l’analyse des coûts a été menée avec le service AgroEcoTech de la Fncuma, Stéphane Chapuis et Nassim Hamiti. Pour la partie chantiers d’épandage de digestat, nous avons fait appel aux conseils de deux experts ‘épandage’ des fédérations de cuma de l’Ouest, Hervé Masserot et Frédéric Lavalou. Les épandages sont devenus de plus en plus complexes à gérer : respect de la qualité de l’eau, de la qualité de l’air ou de la réglementation routière, développement de l’épandage de digestats, matériels de plus en plus performants mais aussi plus onéreux. Face à ces enjeux et pour accompagner au mieux les cuma, le réseau a structuré une expertise sur l’épandage. Les experts, en articulation avec la fédération de proximité, peuvent accompagner pour répondre aux questions du moment. Comment respecter au mieux les différentes réglementations demain (qualité de l’eau, de l’air, circulation routière) ? Comment aborder le choix technique des différents matériels d’épandage ? Quelle organisation de chantier privilégier ? Quels seront les coûts d’épandage suivant les choix d’investissements fait par les cuma ? Comment se positionner vis à vis des projets de méthanisation ?  Contact : herve.masserot53@cuma.fr et frederic.lavalou@cuma.fr.

Le prix d’achat des épandeurs à fumier

Les prix d’achat affichés dans ce dossier sont issus d’enquêtes téléphoniques auprès des cuma. L’objectif de ces entretiens est de comprendre ce qu’il y a derrière le prix payé : équipement de l’épandeur, qualification de la reprise (modèle et valeur), contexte. Afin d’homogénéiser les informations, nous affinons les prix d’achat réels de notre échantillon pour les ramener à un prix du modèle équipé de la même façon.

Combien ça coûte en entretien : épandeurs

Pour évaluer les coûts d’entretien des différents modèles d’épandeurs, nous partons d’une synthèse des valeurs relevées pour chacun dans les derniers guides des prix de revient de l’ensemble de la France. Ainsi, les données publiées dans ce dossier concernent un panel de 1491 épandeurs du parc cuma, achetés neufs, avec une utilisation moyenne d’environ 600 voyages/an. Bien sûr, comme pour la partie décote, il s’agit d’une estimation liée à la marque et au modèle, ou à l’équivalent qui l’a précédé. L’objectif étant de proposer une tendance réaliste du marché.

Les frais financiers

Les frais financiers sont calculés en appliquant un taux annuel de 0,60 % (indice OAT 10 ans) sur le capital mobilisé et financé à 100 % pour acheter un épandeur neuf. Il est ainsi proche des valeurs observées sur le terrain, avec un taux pratiqué souvent plus important sur de longues durées, mais compensé par un autofinancement partiel du matériel (notamment les reprises). Cette méthodologie de calcul est utilisée dans le logiciel de diagnostic de charges de mécanisation MécaGest Pro.

Décote et valeur de revente des épandeurs à fumier

Les valeurs de décote des quatre marques d’épandeur de ce dossier sont estimées à partir des données historiques issues de la comptabilité des cuma. Ainsi, les calculs s’appuient ici sur 1293 épandeurs achetés neufs et revendus par les cuma depuis 2008, et sur leur valeur de revente. Les chiffres obtenus permettent d’établir des courbes de décote marque par marque. La durée de décote étudiée est de 6 ans, soit le rythme de renouvellement moyen des épandeurs dans les cuma.

Consultez les autres chantiers passés aux Rayons X

A LIRE également

La Boutique