Retard des aides PAC: des agriculteurs murent le centre des impôts d’Aubusson (Creuse)

Une soixantaine d'agriculteurs ont muré lundi, l'entrée du centre des impôts d'Aubusson (Creuse), puis entrepris de faire subir le même sort au portail de la sous-préfecture, pour protester contre les retards dans le versement des aides de la politique agricole commune (PAC), a rapporté un correspondant de l'AFP sur place.

Les manifestants s’étaient rassemblés à l’appel de la FDSEA de la Creuse et ont dressé un mur de parpaings en travers de l’entrée du centre des Finances publiques. Ils protestaient contre l’État, lui reprochant de ne pas verser les aides PAC 2015, attendues depuis décembre, mais de continuer néanmoins de prélever les impôts, ont-ils expliqué. « FDSEA vache à lait va tarir », ont-ils inscrit sur ce mur à la peinture, à côté d’une tête de vache stylisée. Les agriculteurs se sont ensuite dirigés avec des tracteurs vers la sous-préfecture d’Aubusson pour renouveler l’opération.

Réprobation syndicale unanime

Les aides de la PAC attendues représentent en moyenne 15.000 euros par exploitation, selon les manifestants. Le 4 mai dernier, les agriculteurs creusois en colère avaient déjà manifesté devant la préfecture de Guéret, murant l’entrée de la cité administrative et déversant une benne de fumier devant le siège du Parti socialiste local.

L’ensemble des syndicats agricoles français s’est élevé mercredi contre le calendrier de versement des aides de la PAC annoncé début mai par le président
François Hollande. La FNSEA, syndicat majoritaire, la Coordination rurale et la Confédération paysanne ont dénoncé un report du solde des paiements 2015 à la fin de l’été et un versement en octobre des aides au titre de 2016.

Entraid Vidéos

Pour éviter que l’agriculture ne s’embourbe… Votez!

Immersion dans un groupe qui progresse

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement