Les charges à la loupe

Le réseau InPACT a mené une étude sur les charges de mécanisation dans 19 exploitations en systèmes économes ou biologiques.

Ce strip-till datant de 2008 est constitué d’un châssis artisanal recevant des éléments Yetter et les composants d’un vieux semoir Vicon. Réglé à 55 cm, il a servi à semer de la féverole.

Il apparaît que le semis direct ou le travail superficiel tendent à réduire les charges, surtout avec une dominante de cultures d’hiver. L’appel au strip-till ou l’implantation systématique de couverts grève néanmoins la facture. Il n’apparaît pas de différence de coût de mécanisation entre bio et conventionnel. Le travail du sol est toutefois un outil préventif essentiel pour une bonne maîtrise des adventices sachant qu’il n’y a pas toujours de rattrapage possible.

Pas de solutions toutes faites

charges 1

Un exemple de « fait maison » présenté à l’Earl des Noisetiers.

Lors de la présentation de l’étude à un groupe de techniciens et d’agriculteurs, une discussion s’est développée autour de la réduction des charges, mécanisation et intrants. Il est apparu que les compromis ne sont pas forcément faciles à trouver. Un exemple : un semoir à céréales simple et bon marché ne convient pas aux semis tardifs dans les terres collantes, alors que c’est un moyen de réduire la pression des adventices. Il est également limité pour semer sans labour en présence de restes de couvert. Quelques adhérents du groupe InPACT, comme l’Earl des Noisetiers (Vienne) se tournent vers le « fait maison » pour accéder à des matériels adaptés sans trop de frais : strip-till, scalpeur d’aventices…

Contact : 05 49 29 26 43

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement