Abattoirs: de la formation plutôt que des caméras

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a donné dimanche la priorité à la formation des employés dans les abattoirs plutôt qu'à la vidéosurveillance, à quelques jours de la présentation du projet de loi sur l'Agriculture en conseil des ministres.

Objectif : renforcer les contrôles et mieux accompagner les employés des abattoirs.

Olivier Falorni, député apparenté PRG, s’est inquiété le 18 janvier de la disparition de l’obligation d’installer des caméras dans les abattoirs du projet de loi sur l’Agriculture et les relations commerciales qui doit être présenté mercredi. « Le travail que je souhaite mener, c’est à la fois renforcer les contrôles mais aussi faire en sorte de mieux accompagner et mieux former celles et ceux qui font le travail, c’est comme cela que nous réussirons à enrayer cette maltraitance animale », a déclaré M. Travert sur BFM-TV.

« Aujourd’hui, il n’est pas question de mettre des agents derrière des écrans de télé -qui ne donnent d’ailleurs pas toute la réalité de ce qu’est la vie d’un abattoir- en permanence », a prévenu le ministre, qui a évoqué des contrôles inopinés des autorités. Il a toutefois rappelé qu’il y avait la possibilité pour les entreprises, si elles le souhaitent, d’installer de la vidéosurveillance, sous réserve d’accord avec les organisations syndicales, notamment.

L’Assemblée nationale avait voté en janvier 2017 l’obligation d’installer des caméras dans les abattoirs dans le cadre de l’examen en première lecture de la proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir » de M. Falorni. Cette loi n’a jamais été adoptée, mais ses dispositions devaient être reprises dans le projet de loi porté par le ministre de l’Agriculture à l’issue des Etats généraux de l’alimentation.

On retrouvera dans le projet de loi la disposition sur l’extension du délit de maltraitance aux animaux dans les abattoirs et les transports.

« Dans le projet de loi, il y a une disposition sur le délit pénal qui est une reprise de mon article, mais pour moi cela s’accompagne de l’outil nécessaire pour le caractériser: le contrôle vidéo. Et ça, ça n’y est pas », avait regretté M. Falorni courant janvier.

Entraid Vidéos

Que nous réserve Amazone pour Agritechnica?

Une cuma pour changer de modèle

La viticulture imagine la gestion durable de ses sols

Zworld: tout pour la récolte en décomposé

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement