Un fin broyage avant paillage

La cuma départementale Or Noir (Haute-Vienne) a présenté son nouvel investissement dans un broyeur permettant d'améliorer la qualité de broyage des déchets verts

Nouveau broyeur Duratech acheté par la Cuma l’Or Noir pour améliorer la qualité de broyage des déchets verts.
La cuma de l’Or Noir qui rayonne sur tout le département étoffe régulièrement son parc de matériels. Dernier achat: un broyeur de marque Duratech modèle 2009, conçu pour améliorer la qualité de broyage des déchets verts. Doté d’un moteur Caterpillar de 325 ch, ce matériel est équipé au choix de 32 marteaux fixes à pointe vissée ou de 64 marteaux oscillants, d’un bol d’un diamètre de 2,90m et d’une profondeur de 1m, et d’un convoyeur de sortie de 60cm de largeur et 6,55m de longueur. Il possède une grille de mailles 12cmx25cm. Mais c’est la vitesse du rotor qui fait la finesse: 2300tours/minute (contre 500 environ pour la déchiqueteuse). Avec cet équipement, la cuma souhaite encourager le paillage animal avec des déchets verts (sur ce sujet, voir aussi l’expérience de la cuma de Foumerous en Aveyron). Ce que pratique déjà d’ailleurs certains de ses adhérents avec des plaquettes de bois déchiqueté. Si la partie pelouse et feuilles humides des déchets verts va directement en co-compostage, le broyage, en revanche, permet de valoriser la partie la plus fibreuse (branchages) ou les feuilles si elles sont sèches.
Le nouveau broyeur Duratech

A 2 300 tours / minute, le broyage est très fin.

Litière en sous-couche

En début de saison ou à l’occasion d’un curage de fumier, il s’agit, pour la litière des animaux, de mettre une sous-couche d’une vingtaine de centimètres de déchets verts broyés, puis de la paille. Le broyat de déchets verts est idéalement utilisé autour des abreuvoirs ou derrière la marche, dans toutes les zones les plus humides (afin d’absorber l’humidité). Comme les plaquettes de bois déchiqueté, les déchets verts portent mieux que la paille. Les pattes des animaux ne s’enfoncent pas. Ceux-ci se salissent moins et souillent donc moins le reste de la litière. De plus, cette technique permet tout à la fois de faire des économies en paille… mais aussi de faire un apport en matière organique lors de l’épandage du fumier de l’exploitation.

Un GIEE mis en place

Des essais pourraient être mis en place avec le lycée agricole de Magnac-Laval. Son chef d’exploitation a expliqué qu’il souhaitait ainsi réduire sa consommation de paille et favoriser la fertilisation organique de ses sols pour mieux les préserver. Un GIEE sur ce thème a même été validé. L’essai à suivre portera donc sur la mise en place du paillage de déchets verts dans l’une des stabulations de l’exploitation du lycée. Il sera tenu compte de l’évolution de ce paillage astucieux, mais aussi des résultats constatés lors de l’épandage…

 

Economie de paille et amélioration des sols

Bruno Saillet, directeur de l’exploitation du Lycée Agricole de Magnac-Laval, explique l'intérêt de cette démarche pour le lycée: "Nous sommes en train d'effectuer un essai sur l’un de nos bâtiments. Nous voulons vérifier si le fait de mettre une sous-couche de déchets verts broyés diminue la quantité de paille utilisée. Nous testerons aussi la facilité de compostage et l'absence de branchages grossiers. Dans la mesure où ces critères sont positifs, l'utilisation de déchets verts en litière devrait perdurer. Avec cette méthode, nous espérons aussi une amélioration de la biodiversité des sols suite aux épandages de compost contenant des déchets verts, plus particulièrement le développement des mycorhizes."

 

Entraid Vidéos

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

«Le collectif fait la force» et c’est le Ministre qui le dit !

Le désherbage mécanique en mode digital

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement