Former ses salariés pour les fidéliser… et gagner en compétitivité

La formation aux salariés agricoles n’a pas toujours bonne presse... En 13 témoignages d'agriculteurs-employeurs, les agences qui travaillent à renforcer la formation des salariés agricoles lèvent les doutes sur les principaux freins qui empêchent les employeurs d'activer ce levier. 

Treize témoignages d'employeurs du secteur agricole pour évoquer la plus-value apportée par de la formation de leurs salariés.

La formation des salariés est obligatoire, mais peu d’employeurs de main d’oeuvre agricole identifient les formations comme un levier de compétitivité ou de fidélisation de leurs salariés.

“Pourtant, la formation professionnelle, quand elle est bien pensée et de qualité, est un levier pour mieux fidéliser les salariés au lieu de les voir partir à la concurrence,” explique le Fafsea*, qui finance ces séquences, dans sa présentation.

Renforcer l’expertises des salariés déjà embauchés

“Il vaut parfois mieux qualifier les salariés déjà en poste et pas seulement les demandeurs d’emploi et les nouvelles recrues,” argumente le Fonds.

“De plus, face aux risques (…) et dans un monde qui change en permanence, le chef de petite exploitation a plus que jamais besoin d’accroître sa rentabilité pour rester dans la course. Il a donc intérêt à avoir des salariés bien formés.”

La formation comme un investissement? ce n’est pas qu’une vue de l’esprit. Avec son partenaire, l’Anefa**, le Fasea a recueilli les témoignages de 13 agriculteurs-employeurs qui déconstruisent autant d’idées préconçues sur la formation des salariés ont renforcé leur entreprise à l’aide des nouvelles compétences de leurs employés.

Témoignages d’employeurs

Voici quelques exemples des témoignages recueillis:

Idée reçue n°1 : “On n’a pas besoin de former les salariés sauf qu’on est obligé de le faire pour les formations réglementaires”

Réponse de Bernard Chevalier, viticulteur au sein d’une coopérative en Saône-et-Loire, Bourgogne Franche-Comté: “La formation d’un salarié permet autant de gagner en sécurité qu’en productivité, qualité, créativité… Cela le rend plus autonome, plus performant, ce qui le valorise et ce qui me facilite au final la gestion quotidienne de mes vignes.”

Idée reçue n°3 : “ Ce n’est pas adapté à nos besoins”

Réponse de Yann Le Goff, Entrepreneur paysagiste dans l’Eure, Normandie: “« Un jour, je ne réussissais pas à trouver la bonne formation dans le moteur de recherche du catalogue du FAFSEA*, alors j’ai appelé mon conseiller formation FAFSEA*: Mon conseiller formation m’a alors proposé un autre dispositif pour monter ce projet ponctuel de formation et pour m’assurer tout de même un soutien financier. Ce dispositif spécifique sur-mesure s’appelle l’Accompagnement de l’Effort de Formation. Par ailleurs, nous avons embauché un nouveau salarié il y a deux ans et avons bénéficié du dispositif AEF Emploi. Ce dispositif nous a permis de former nous-mêmes notre nouveau salarié tout en bénéficiant d’une aide en contrepartie du temps que nous lui avons accordé pour le former. Notre salarié est toujours en poste ! Et si un jour notre entreprise était victime d’une baisse d’activité liée à des circonstances exceptionnelles suite à un sinistre climatique par exemple, je sais que nous pouvons aussi former nos salariés au lieu de les mettre au chômage technique, grâce au dispositif AEF Maintien dans l’emploi. En fait, il ne faut pas se contenter des catalogues de formation, il existe d’autres moyens de trouver la bonne formation ».

Idée reçue n°11: “La formation des salariés, cela revient cher”

Réponse de Myriam Robert, gérante Cuma & Travaux agricoles dans le Tarn, Occitanie: “ Je ne trouve pas que la formation revienne cher, même si elle a parfois un coût supérieur aux cotisations que l’on verse. Mais justement, puisque nous versons chaque année notre cotisation formation professionnelle obligatoire à la MSA pour le compte du FAFSEA*, alors autant en profiter pour former ses salariés en fonction des besoins ! Cela donne accès gratuitement à des centaines de formations référencées dans les catalogues de formation du FAFSEA*, et de manière illimitée. Nous pouvons aussi bénéficier d’une aide partielle de la part du FAFSEA* pour former nos salariés sur des formations hors catalogue. Le FAFSEA* peut régler directement le centre de formation ce qui nous évite de sortir de la trésorerie. La prise en charge de certains frais est éventuellement possible selon le dispositif de financement mobilisé.”

A retrouver en intégralité dans la plaquette créée pour l’occasion et dans les séquences vidéo ci-dessous:

*Fonds national d’assurance formation des salariés des exploitations et entreprises agricoles, qui agit jusqu’au 31 décembre 2019 en nom et pour le compte de l’Opérateur de compétence pour la coopération agricole, l’agriculture et la pêche, l’industrie agroalimentaire et le territoires (Ocapiat)

** Agence nationale pour l’emploi et la formation en agriculture

Entraid Vidéos

Ai-je le droit d’interdire l’usage de son portable à un salarié?

Mécanicien en cuma, un métier riche

[Recrutement] Différencier compétence et aptitude

« Il faut communiquer! » OK, par où on commence?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement