La cuma est dynamique et communique

En fin d’année, la cuma de la Rotonde (basée à Milly, dans la Manche) communiquait à propos de ses récents investissements, notamment pour des tonnes à lisier. Ces achats concluent un DiNAcuma et une réflexion de longue date menée autour de l’évolution de l’activité lisier.

Après la transaction portant entre autres sur des rampes de pendillards à patin, le site de Lair à Moulines recevait son client, la cuma de la Rotonde, pour une conférence de presse fin 2019 (©Lair).

En novembre, l’entreprise Lair accueillait une cuma voisine pour une conférence de presse de présentation des derniers investissements. Bruno Gazengel, président de la cuma la Rotonde, souligne la dynamique du groupe et ses efforts, en matière d’impact environnemental ou de réduction des nuisances, qui se traduisent par l’achat de balayeuses et des investissements de poids particulièrement mis en avant ce jour-là à Moulines (50). «La cuma de la Rotonde vient de nous acheter deux tonnes à lisier Pichon, de 18.000l et 20.000l», signale ainsi l’entreprise Lair, distributeur de la marque sur le secteur. «Avec les rampes à pendillards à patin, on rentre dans la nomenclature ‘enfouisseurs’», souligne le président de la cuma. «Grâce à cet équipement, l’épandage du lisier s’effectue au ras du sol, ce qui signifie plus de précision, moins d’odeurs et suppression de l’azote ammoniacale», reprend son fournisseur.

Des équipements qui intéressent l’environnement et les agriculteurs

Entre l’équipement de ces deux véhicules, trois andaineurs, dont un à tapis ou encore un épandeur d’engrais équipé d’un DPA sur le distributeur complété par un GPS, la cuma aura investi 430.000€. Le soutien financier de l’Europe, de la Région ou de l’Agence de l’eau reçu par le groupe démontre aussi la portée environnementale des achats de la cuma, tandis que le président relève que «des équipements comme l’andaineur à tapis ont beaucoup fait parler. Nous avons été beaucoup sollicités.» Pour Bruno Gazengel, une des portées de l’action de communication était de montrer que réaliser ces investissements est possible et que «si nous avons pu le faire à la Rotonde, d’autres cuma autour peuvent le faire.»

Une suite

Ces derniers investissements portent à 26 le nombre de matériels achetés par la cuma au constructeur manchois. «Lair est proche de la cuma géographiquement, pour l’entretien et les réparations, c’est un atout important. C’est une entreprise familiale et c’est sérieux», résume le président, pour argumenter des liens qui ont poussé la tenue de cette opération sur le site du constructeur. Et déjà il pense à la suite: «En septembre, pour l’AG de la cuma, nous prévoyons une grande porte ouverte, où la Région sera invitée, des étudiants aussi…», l’occasion de revenir sur les premières campagnes de ces activités redynamisées.

Entraid Vidéos

Le drone ou l’épandeur pour semer le couvert

Changement des pneus du tracteur : protocole et précaution

Quel est le bon outil pour détruire un couvert végétal en sol humide ?

Tailler la vigne deux fois plus vite

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement