La location de l’ensileuse permet de réduire les coûts !

Partager sur

La location de l’ensileuse permet de réduire les coûts !

La location représente un partenariat gagnant-gagnant entre la cuma et l’entrepreneur. (Crédit : ©Entraid)

Pour maîtriser ses coûts et faciliter l’organisation de ses chantiers d’ensilage de maïs, la cuma d’Estrées-lès-Crécy a choisi de louer une ensileuse.

Propriétaire d’une ensileuse d’occasion puis d’un modèle de pré-série, la cuma d’Estrées-lès-Crécy située dans la Somme s’est souvent trouvée confrontée à des pannes coûteuses en temps et en argent. Pour conserver son activité ensilage, elle a recours, pour sa septième campagne, à la location d’une ensileuse. Cette solution lui permet de réduire ses charges et d’utiliser un matériel toujours opérationnel pour lequel elle n’a qu’à assurer l’entretien courant.

La simplification avant tout

« Nous vivons une période où la pérennité de l’élevage est très incertaine, explique Pierre Trunet, président de la cuma d’Estrées-lès-Crécy. Dans ces circonstances, il nous est impossible d’investir dans une nouvelle ensileuse dont le coût se situe entre 350 000 et 400 000 €. Pour nous, la location représente une solution pour maintenir notre activité ensilage avec des frais plus maîtrisés. »

location-ensileuse

Pierre Trunet, président de la cuma d’Estréees-lès-Crécy. (Crédit : ©P. Trunet)

Ainsi, la cuma loue l’ensileuse Claas 850 de l’ETA vendéenne Philippe Liaigre. Cette dernière la lui met à disposition une fois les ensilages terminés sur son secteur géographique. La machine est livrée via un transporteur dont le coût est réparti à parts égales entre la cuma et l’ETA. Cela représente 1 600 € chacune. « Cette somme est financée par l’économie d’assurance que nous réalisons, précise Pierre Trunet. En effet, nous n’avons pas besoin de stocker la machine et donc d’assurer spécifiquement des bâtiments. »

Maîtriser les coûts à l’avance

Pour travailler en toute confiance, un contrat a été établi dans lequel sont stipulés les deux chauffeurs de la cuma et un prix d’utilisation. « Avec la location, nous connaissons à l’avance le coût par hectare, indique-t-il. Les seules variables d’ajustement sont le prix et la consommation du carburant. » La cuma facture 185 €/ha à chaque utilisateur de l’ensileuse.

Ce coût comprend l’ensilage, le tassage, le chauffeur et le carburant. Il correspond quasiment à celui pratiqué auparavant par la cuma pour l’utilisation de son propre matériel, sans compter toutefois le coût des grosses pannes et le montant de l’assurance. « La location revient moins cher qu’une prestation de services qui s’élève entre 230 et 250 €/ha », précise le président.

Satisfaite de ce mode de fonctionnement, la cuma envisage de louer à l’ETA vendéenne une moissonneuse-batteuse. « Nous pourrions ainsi disposer d’une machine à plus gros débit et gagner en flexibilité », souligne Pierre Trunet.

On passe la moissonneuse-batteuse aux Rayons X !

L’ETA au service de la cuma

Tous les ans, pour le compte de la cuma d’Estrées-lès-Crécy, l’ensileuse huit rangs de l’ETA Philippe Liaigre ensile 180 à 200 hectares à raison de 1,5 à 2 ha/h. Les adhérents de la cuma ne recherchent pas un gros débit de chantier mais attachent davantage d’importance à la qualité du tassage. Cette ensileuse est équipée d’une pompe doseuse qui permet d’incorporer du conservateur dans le silo.

La cuma d’Estrées-Lès-Crécy

  • Sa création remonte à 1986
  • Pierre Trunet en est le président depuis 2009
  • Elle est constituée de 25 exploitations en polyculture élevage
  • De nombreux matériels sont à sa disposition : 2 tracteurs, 1 retourneuse et 1 souleveuse à lin, 1 semoir à betteraves et à maïs, 1 bineuse, 1 faucheuse-conditionneuse, 1 andaineuse, 1 ensileuse (en location), 1 plateau à paille, divers outils de travail du sol.

Pour plus d’information, retrouvez aussi ces articles sur www.entraid.com :