Partir du bon pied, pour les trois prochaines années

La journée fédérative des cuma d'Ille-Armor était organisée cette année en quatre quarts. Les organisateurs ont ainsi trouvé une recette pour s’adapter au contexte sanitaire, tout en faisant vivre la proximité. Cerise sur le gâteau, c’est là une attente forte de leur réseau.

Les administrateurs de la fédération Bretagne Ille-Armor ont donné rendez-vous à leurs adhérents dans quatre cuma différentes, à Saint-Brice-en-Cogles, Pleine-Haute, Argentré-du-Plessis et ici à Rouillac les 14 et 15 janvier.

Le travail de réflexion pour améliorer le service aux cuma est intense en ce début d’année à la fédération Bretagne Ille Armor. À l’assemblée générale, divisée en quatre regroupements pour limiter le nombre de personnes réunies, s’ajoute un cycle de séminaires «pour nous projeter sur les trois prochaines années.» L’idée était d’y parler du besoin des cuma et d’identifier les moyens pour y répondre, résume Stéphane Nogues. Le président de la fédération détaille le process: «Nous avons eu un temps d’échanges entre administrateurs.» En parallèle les salariés ont aussi planché ensemble une journée.

Une entrée en matière motivante

Il reste aux séminaristes à vivre la phase de la restitution. De là devra se dégager l’orientation de la fédération référente sur les départements de l’Ille-et-Vilaine et des Côtes d’Armor. Avant cette étape de synthèse, Stéphane Nogues tire déjà le positif de cette initiative marquante, motivante à la fois pour les salariés et pour les élus. «Nous avons plusieurs jeunes administrateurs», ajoute-t-il. «En particulier pour eux, c’est très positif d’entrer comme ça, avec un séminaire, et pour évoquer ces sujets, rencontrer les gens.» Sur les fruits concrets de la démarche, le représentant se montre tout aussi satisfait. «Du côté des administrateurs, nous avons par exemple retenu l’envie de travailler sur la proximité, l’animation des territoires… Pourquoi ne pas mobiliser un binôme salarié / administrateur par secteur pour cela?»

Miser sur la proximité

Et si finalement l’adaptation covid compatible du format de la dernière AG ne faisait que révéler une tendance du réseau local ? En effet, les cumistes des deux départements étaient invités à participer à l’une des quatre réunions réparties sur le territoire. Chacune a eu à exposer son principal projet, les freins qu’il rencontre… pour initier d’éventuels échanges et partages d’idées entre voisines, qui ne demandent donc qu’à s’inscrire dans la durée.

Entraid Vidéos

4 astuces faciles en termes de reconnaissance

Quels sont les risques liés à un manque de reconnaissance?

Comment dire à son salarié que l’on n’est pas satisfait de son travail?

Animateur de cuma, kesako ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement