Pulvé confinée : des différences entre les matériels

Sur le terrain
pulvérisation confinée

La perspective d'économiser 35 à 40% de produit attire l'attention.

10/05/2018 - 06:30

Les différences de conception relevée sur 10 pulvérisateurs avec panneaux récupérateurs montrent l’intérêt de bien comparer avant d’investir. Maniabilité, entretien, ergonomie, environnement…focus sur quelques critères.

Partagez cet article: Pulvé confinée : des différences entre les matériels

Ce qu’il faut savoir sur la pulvérisation confinée et les pulvérisateurs à panneaux récupérateurs.

Le 12 avril, la coopérative Les Vignerons de Tutiac et la Fdcuma de Gironde organisaient une démonstration sur la pulvérisation confinée, et l’entretien sous le rang. Pour le premier volet, 10 appareils dont un prototype étaient présents. De quoi réaliser une comparaison intéressante sur une technique permettant de supprimer 35 à 40% de perte de bouillie.

Attelage

Selon leur capacité, ces pulvérisateurs sont portés ou traînés. Dans le second cas, la pompe peut être soit intégrée dans l’appareil, soit attelée aux trois points du tracteur, l’articulation étant alors derrière elle. On évite alors les risques avec le cardan.

Position des panneaux

Les matériels de la démonstration traitent tous 2 rangs complets. Sur les modèles traînés, les panneaux sont soit à l’avant soit à l’arrière. « Une position vers l’avant est préférable pour la maniabilité », estime Marc-Antoine Beauvineau, conseiller à la fédération des Cuma de Gironde. Et il est clair que la maniabilité est un critère de taille si on souhaite ne pas trop perdre en débit de chantier lorsqu’on passe d’un appareil classique à la pulvérisation confinée.

démo pulvé confinée

La maniabilité est essentielle.

Conception des panneaux

Certains panneaux sont doublés d’un revêtement anti-rebond (grille ou matériau souple), pour mieux récupérer la bouillie. C’est d’autant plus utile que la bouillie est accompagnée par de l’air. Autre solution : remplacer le panneau plein par un panneau à chicanes, qui récupère les gouttes tout en laissant l’air s’échapper (Ideal, Friuli). Un autre élément semble utile en cas de forte ventilation : la fermeture au-dessus du rang de vigne (avec un panneau horizontal, par exemple chez Dagnaud ou Grégoire), et sur le bord des panneaux (par un rideau d’air, par exemple chez Grégoire ou Ideal).

Jet porté, projeté ou pneumatique

En pulvérisation confinée, on retrouve la même variété de modes de pulvérisation qu’en technique classique : jet projeté, jet porté et pneumatique. De même pour la source d’air : turbine classique ou tangentielle, mini-turbine de complément (Dagnaud), possibilités de réglage du débit d’air. Pour bénéficier d’une homologation ZNT, il faut travailler avec des buses homologuées comme telles, à la pression prévue, avec un pulvérisateur à jet porté ou projeté, ou opter pour un système homologué dans son ensemble. L’homologation peut alors être attribuée avec un type de buse défini, voire un ou plusieurs modèles précis. Certains de ces matériels appartiennent au domaine de la pulvérisation confinée, mais pas tous (Berthoud AB Most, par exemple). Voir la dernière mise à jour de cette liste (datée du 22 mai 2017), pour la vigne : à partir de la page 9, extrait en fin d’article.

Filtration

Récupérer de la bouillie non déposée sur la vigne, c’est bien, encore faut-il qu’elle soit propre. « Les panneaux collectent facilement des débris végétaux, prévient Marc-Antoine Beauvineau, notamment des capuchons de grappes. Il est donc important que le circuit de récupération soit équipé d’un filtre suffisamment gros et facile à nettoyer ». Un constructeur (Dhugues) signale l’intérêt de monter des garde boue pour éviter les projections de terre vers les panneaux. Autre critère à propos du retour : on augmente la formation de mousse, un phénomène que les constructeurs cherchent à contrer avec divers moyens.

démo pulvé confinée

Différents types de turbines.

Commandes

Comme sur beaucoup de matériels, les réglages à distance et les automatismes ont un prix. A la démonstration, le prix des matériels allait de 20 000 à 65 000 €. Outre la capacité et les performances, le mode de conduite et de réglage explique la différence entre deux pulvérisateurs : commandes en cabine, hauteur et écartement automatique, etc.

démo pulvé confinée

L’argument « ZNT’ est étudié.

Rinçage

Qui dit pulvérisateur complexe dit plus de volume mort et donc un rinçage plus compliqué. L’astuce des constructeurs se manifeste plus ou moins dans une conception qui réduit cet inconvénient.

Stabilité

Les panneaux récupérateurs ont tendance à élever le centre de gravité du pulvérisateur. Sur un sol travaillé, les secousses se font sentir avec plus d’intensité, et le rang de vigne se rapproche parfois dangereusement de l’appareil. « Pour une meilleure stabilité, un double essieu est intéressant », souligne Marc-Antoine Beauvineau.

démo pulvé confinée

La journée a été très suivie.

Réglage de l’écartement

La plupart de ces pulvérisateurs sont dotés de rampes télescopiques pour ajuster l’écartement des panneaux à la largeur de plantation de la vigne et à l’épaisseur de la végétation. Un constructeur a préféré un système de compas. Il est judicieux de poser la question de la protection de ces éléments en cas de choc accidentel avec un obstacle. Autre point : parfois on note la présence de repères chiffrés bien visibles depuis le tracteur, mais souvent non.

 

tableau pulvés ZNT

Les dispositifs homologués ZNT pour la vigne au 22/05/2017, en gris les changements récents.

Publicité
Simple Share Buttons