Séances d’essais à la cuma Or Noir

La cuma de l‘Or Noir (Haute-Vienne) développe une activité d’épandage de lisier en service complet avec deux ensembles tracteur-tonne. Elle a testé récemment un nouveau JCB et un automoteur Vervaet. Impressions.

Au-delà de la couleur jaune du JCB qui tranche avec le vert de la tonne à lisier avec cuve frontale et du Fendt actuels, le chauffeur de la cuma a noté pas mal de différences entre les deux tracteurs.

Le tracteur Fendt 939 de la cuma l’Or Noir attelé à la tonne à lisier de 25m³ et de la cuve avant de 3m³, a effectué 3500h en deux ans! Dans la perspective de le renouveler, cette cuma départementale a testé un tracteur JCB Fastrac 8330 S5, attelé à la tonne à lisier Samson PG II 25 de la cuma et d’une cuve avant Goma. Ce fut l’occasion d’évaluer différentes fonctionnalités: guidage, capacité de relevage avant, …

Alexis Voisin, chauffeur à la cuma Or Noir, a observé des différences entre les deux tracteurs telle que la répartition des masses. La vitesse élevée du Fastrac JCB annoncée à 65km/h est un atout à relativiser, car la cuma emprunte beaucoup de petites routes où d’emblée il n’est pas possible de circuler à une vitesse élevée. Alexis a apprécié sur le tracteur jaune la bonne visibilité, l’impression de sécurité, de même qu’il a goûté au confort de conduite. Il a été en revanche moins convaincu par la capacité d’adhérence. A noter: l’intérêt que peut représenter la possibilité offerte sur le modèle JCB de 220 cv d’activer la marche en crabe.

Eviter les tassements

L’automoteur d’épandage Vervaet essayé par la cuma l’Or Noir, réduit considérablement le tassement des sols, mais est moins polyvalent qu’un ensemble tracteur-tonne…

Côté épandage, la cuma a été sollicité par le constructeur Vervaet pour essayer son automoteur. Avec cet outil, il est possible d’atténuer considérablement les risques de tassement des sols. L’engin est en effet équipé de cinq roues qui ont chacune d’elles, un passage distinct. La cuma l’Or Noir a testé sur une parcelle en herbe l’appareil équipé d’un enfouisseur spécial prairies. «Cela ne laisse aucune trace sur la prairie, même sur un champ en pente», apprécie Alexis. En revanche, le prix de l’achat du véhicule et des équipements d’enfouissement est très élevé. « Pour en tirer pleinement profit, l’idéal serait que l’automoteur ne sorte pas du champ et qu’il soit donc ravitaillé en lisier… » juge le chauffeur de la cuma.

Entraid Vidéos

Devenez le « Top Chef » de vos vaches et jeunes bovins

L’assureur encourage la lutte contre l’incendie

L’autonomie, la vraie!

Les cuma confirment leur leadership sur la robotique

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement