Témoignages: l’épandage de lisier prend un virage

L’épandage du lisier avec un enfouisseur ou une rampe à pendillards plutôt qu’une buse palette gagne du terrain. Par contre, le transport sur la route soulève des questions. Témoignage de deux cuma de la Manche.

Les chantiers décomposés commencent à entrer dans les réflexions.

La cuma de la Guerge (Manche) en est à sa deuxième tonne à lisier équipée d’une rampe à pendillards. Le modèle actuel affiche 20.000m3 de capacité pour 24m de largeur de rampe. Jean-François Trincot, un des utilisateurs, témoigne: «J’épands du lisier de porc sur blé avec les pendillards depuis quinze ans. J’interviens en février mars, dès que les conditions le permettent. C’est la portance des sols qui détermine le calendrier de l’épandage de lisier». Il apporte ainsi environ 60 unités d’azote par hectare, une économie appréciable. Le reste de son lisier, soit 70 à 75% des 15.000m3 produits, va avant le semis de maïs puis avant celui du colza.

Des sols qui ressuient

Jean-François Trincot reconnaît qu’il faut des sols qui ressuient rapidement. «Je passe le plus tôt possible pour que le blé se remette mieux du passage de la tonne». Il ajoute qu’il faut naturellement de bonnes roues sur les véhicules pour réduire les ornières. Il apprécie le DPA mais estime qu’on peut s’en passer si on connaît bien son matériel.

Jean-François Trincot, cuma de la Guerge

Jean-François Trincot est convaincu de l’intérêt de la rampe à pendillards.

Dans le même département, la cuma de Landelles a eu son premier enfouisseur il y a 25 ans. Elle possède aujourd’hui cinq tonnes avec un assortiment de solutions, buse palette, enfouisseurs et rampes à pendillards. Son président Sébastien Chesnel reconnaît qu’il a fallu convaincre. «Quand on a voté pour la rampe à pendillards, peu d’adhérents levaient la main. Et pourtant aujourd’hui ils la veulent tous!».

Epandage de lisier, des tonnes trop lourdes

Grâce à ses trois chauffeurs salariés, la cuma de Landelles peut offrir la prestation d’épandage, que demandent certains éleveurs. «Cela représente vingt-cinq à trente pourcent du volume épandu, surtout avec les tonnes récentes, plus complexe». Les responsables s’interrogent toutefois pour l’avenir. «Les tonnes deviennent très lourdes, en contradiction avec le code de la route et avec le respect du sol, alors que nous investissons dans le semis direct». Autre constat plus économique: «nous mettons de gros moyens dans les rampes, nous avons besoin d’un tracteur de 300ch, et tout cela passe les trois-quarts du temps sur la route».

Sébastien Chesnel cuma de Landelles - épandage de lisier

Sébastien Chesnel s’interroge sur le poids et le prix des tonnes à lisier.

En réflexion s’engage donc dans cette cuma, pour dissocier le transport de l’épandage. Cela demande de mobiliser plus de monde en même temps. D’un autre côté, le chauffeur qui roule le lisier avec une citerne n’a pas besoin des mêmes compétences que celui qui l’épand avec un outil pointu. «Il faudra quatre ou cinq ans avant de trouver la bonne formule, avec un prix de revient qui convienne».

Ces deux éleveurs ont témoigné le 2 septembre 2021 à la journée MécaElevage au cours du débat «Epandage de lisier, des tonnes de solutions pour demain». Il fait suite à tout un travail engagé par la Frcuma Ouest.

En complément sur l’épandage de lisier:

Entraid Vidéos

Essai Fendt One 724: Numéro 1?

Essai Massey Ferguson 8S: quelle cabine, quel confort!

Optimiser la puissance de l’ensileuse à l’herbe

Andaineur à tapis: même à 60.000€, les coûts s’évaporent

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement