Regroupées les cuma tiennent la route

Entre Ille-et-Vilaine et Côtes-d’Armor, un groupe de cuma avait envisagé mutualiser ses moyens pour un investissement d’un nouveau genre. La démarche a porté ses fruits. Un caisson tampon et une citerne routière sont sur le territoire. Ces équipements posent les bases d’autres organisations des chantiers d’épandage.

Des tracteurs agricoles et routiers unis sur le même chantier. C'est désormais une réalité sur les élevages adhérents des cuma. (©Ronan Lombard)

Sept cuma disséminées le long de l’axe routier qui relie Broons à Rennes mutualisent l’achat d’une citerne de transport de lisier. La cuma Armorique porte l’investissement. Elle est en réalité une union de quatre cuma fonctionnant déjà pour le battage. Aux 1.950ha de récoltes s’ajoute donc désormais le transport de 50.000m3 d’effluents liquides, selon la prévision initiale. La nouvelle section regroupe des cuma de Bruz, Chavagne, Iffendic, Pacé, Rouillac, Saint-Gilles et Treffendel. Elle a vocation à transporter du lisier, mais aussi du digestat, tout au long de l’année.

Citerne de transport de lisier et efficacité des chantiers

A cette fin, elle a investi 118.000€ pour une citerne de marque D Tech de 30m3. Le véhicule est doté d’un bras de pompage. Pour le tirer, la coopérative a acheté un tracteur routier d’occasion, pour environ 35.000€. En routine, la citerne alimente des unités de méthanisation. Aux saisons d’épandages, le convoi est également attendu sur les chantiers éloignés. Ainsi, les cuma trouve un moyen plus efficace de prendre en charge la partie transport du précieux fertilisant. Dans ce schéma, un caisson de réception devient nécessaire pour l’indépendance des outils d’épandage et de transport. En amont de la livraison de la remorque routière, la cuma d’Iffendic avait déjà investi dans un modèle de 70m3.

A lire:

Transport de digestats: quel circuit vers la parcelle?

Quelle stratégie pour les chantiers d’épandage de digestats?

Groupe de cumistes avec le caisson tampon

La dissociation du transport et de l’épandage demande d’autres adaptations des chantiers. Le caisson tampon est une des solutions.

L’intercuma investit 118.000€

Sur ces prémisses, le groupe de cuma poursuit sa réflexion, étudie des projets d’épandage sans tonne ou via un automoteur. Pour la saison 2021, il a à nouveau fait appel à la cuma de Plurien pour réaliser des chantiers d’épandage sans tonne, et à la cuma Mené énergie pour réaliser le transport de lisier avec une deuxième citerne routière pour ses chantiers d’épandage éloigné.

À lire aussi:

2,8km de la fosse à l’orge sans tonne à lisier.

L’intercuma: solution au maintien de l’activité ensilage.

Epandage à la buse? T’abuses?

Entraid Vidéos

Quand l’azote se volatilise, les euros aussi s’envolent !

Un robot qui récolte l’herbe et la distribue

Prestation et qualité dans le sillage de l’automoteur

2.000 € d’économies de litière

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement