Digestats: quel circuit vers la parcelle?

Les flux de fumier, lisier et digestat en amont et en aval d’une installation de méthanisation peuvent emprunter des chemins très différents. Tour d’horizon.

Les chantier d'épandage avec ravitaillement sont plus fréquents en Allemagne qu’en France, et les constructeurs y développent des véhicules spécifiques (©Zuhnammer).

Si une exploitation ou un petit collectif créent une installation de méthanisation, l’organisation ne demande pas beaucoup d’imagination. Les matières premières peuvent arriver avec les moyens habituels. Soit en direct si le digesteur est à côté de l’élevage, soit via des bennes pour les fumiers et des tonnes pour les lisiers. Pour l’épandage, si la zone à couvrir est modeste, on repart sur les schémas classiques. Mais quand les distances à parcourir s’allongent, une réflexion plus approfondie se met en place.

 

méthanisation, logistique chantiers épandage avec digestat

La tonne classique assure à la fois le transport et l’épandage, mais il arrive un seuil à partir duquel il faut réfléchir à séparer les deux fonctions.

 

Le tracteur ne suffit plus

Pour l’approvisionnement, dès lors que les trajets s’allongent, les véhicules routiers peuvent devenir plus pertinents. «Chaque cas est particulier, souligne Hervé Masserot, expert épandage à la Frcuma Ouest. Mais à partir de 10 km à parcourir, la question mérite d’être étudiée.» Quant au lisier, un camion-citerne peut faire une tournée de ramassage. Côté fumier, les groupes installent des caissons chez les apporteurs. Un camion assure le transport vers l’installation de méthanisation.

méthanisation, logistique chantiers épandage avec digestat

Le caisson mobile et la poche souple apportent de la souplesse dans la coordination transport-épandage.

 

Pour la sortie du digestat, le choix est plus large. «Déjà, on peut raisonner globalement, explique Hervé Masserot. C’est le même produit pour tous les agriculteurs, et non pas chacun qui devrait reprendre l’équivalent de ce qu’il a apporté.»

Le digestat solide peut être épandu en direct, ou stocké temporairement en bout de champ, après un transport par benne agricole ou par camion et caissons. Pour le digestat liquide, le transport par canalisations enterrées constitue une solution «zéro travail», discrète pour le voisinage. Elle est plutôt choisie pour alimenter des systèmes d’épandage sans tonne. La présence d’un réseau d’irrigation utilisable avec du digestat facilite cette option.

logistique chantiers avec digestat

Les solutions pratiquées, en voie humide sans séparation de phases.

 

Fosses tampons

Pour les solutions d’épandage plus traditionnelles, la distance à parcourir se pose également. Ce même seuil de 10 km doit induire une réflexion sur le camion. Avec un éloignement croissant, il est intéressant de décomposer les chantiers, avec des véhicules spécialisés (agricoles ou routiers). Certains transportent et d’autres épandent. L’installation de poches ou de fosses décentralisées permet aussi de dissocier les opérations dans le temps.

Les combinaisons sont multiples, sachant qu’on ne part pas forcément d’une page blanche. Il y a sans doute sur le terrain des Cuma, des ETA, des transporteurs et des partenariats de travail bien établis à prendre en compte. «On peut rencontrer des méthaniseurs qui prennent en charge l’épandage, observe Hervé Masserot. D’autres vont simplement indemniser les agriculteurs, qui choisiront chacun leur solution.»

méthanisation, logistique chantiers épandage avec digestat

Le camion peut devenir plus rentable qu’une tonne derrière un tracteur, selon la distance et le contexte (©Annaburger).

 

Un volet juridique complexe

Dans le choix du schéma, le volet juridique intervient aussi. Dans ces réalisations collectives, les agriculteurs et les cuma touchent les limites de ce qu’ils ont le droit de faire en termes de transport. Rappel: par dérogation, l’agriculteur peut transporter des marchandises pour les besoins de son exploitation et uniquement avec du matériel agricole. Il n’a pas le droit d’effectuer le ramassage de lisier chez d’autres collègues pour le porter au méthaniseur. Pas plus d’ailleurs qu’une Cuma qui ne peut que transporter pour les besoins de ses adhérents agriculteurs. Et sans que cela soit son activité principale.

A savoir également : si l’unité de méthanisation est reconnue comme ayant une activité agricole, elle peut adhérer à la cuma. Toutefois, cette dernière risque alors de perdre l’accès aux aides PCAE. Pour plus de détails sur l’articulation agriculteurs-Cuma-unité de méthanisation dans l’utilisation des matériels et l’emploi de main-d’œuvre, il est fortement conseillé de se rapprocher de sa fdcuma.

méthanisation, logistique chantiers épandage avec digestat

L’épandage sans tonne s’organise généralement avec un transport par des tuyaux, mais le digestat peut aussi voyage sur la route et attendre dans un caisson.

 

En complément : les solutions d’épandage de digestats en cuma observée en Haute-Marne, les projets des cuma de la région Grand-Est en matière de méthanisation.

Entraid Vidéos

[Coup de coeur] Métha Bel Air, une pionnière du biogaz

[Méthanisation] Les cuma à fond dans leur rôle

Méthanisation: l’expérience éclairée de la SAS Métha-Ferchaud

Chaud, le méthaniseur !

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement